Remise des documents au ministre de l'enseignement supérieur (D)

Mercredi à Lomé, le Professeur Octave Nicoué BROOHM, Ministre togolais de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche a échangé avec une délégation des ingénieurs, conduite par Marius Bagny,  président du comité d’organisation de la JNI2018.

Les discussions ont porté sur les conclusions de l’édition première de la journée nationale de l’ingénieur (JNI) qui a été un franc succès.

M. Bagny a dans la foulée remis au Ministre Nicoué BROOHM, le rapport général, le livret blanc des propositions et recommandations, le catalogue de la JNI et les projets de texte de loi et de code de déontologie du futur Ordre national des ingénieurs du Togo.

Le Professeur BROOHM a, au nom du Gouvernement, félicité les ingénieurs pour la démarche, en particulier leur engagement ferme pour la mise à disposition des compétences locales pour l’émergence du Togo.

Une initiative qui selon lui, colle avec la vision du Gouvernement en mettant en place le Plan National de Développement (PND) où l’implication des ingénieurs est importante à tous les niveaux.

Il a assuré la délégation qu’il fera diligence pour que l’avant-projet de texte de loi passe au Gouvernement pour adoption avant d’être envoyé à la nouvelle Assemblée Nationale.

"L’ensemble de la corporation des ingénieurs a désormais les regards tournés vers le Gouvernement pour la règlementation de l’exercice de leur profession et la création de l’ONIT, cet outil essentiel et indispensable au développement harmonieux et durable du Togo", souligne pour sa part, M. Bagny.

Que sait-on exactement du livret blanc adopté à la JNI2018 ?

Les 48 heures de conclave à l’occasion de la Journée Nationale de l’Ingénieur tenue les 7 et 8 décembre passés ont accouché d’un livret blanc qui prend en compte les trois principaux secteurs : le Génie Civil, le Génie Electrique, le Génie Mécanique. Tous les trois associés chacun aux disciplines et métiers connexes.

Pour chaque secteur, le livret blanc retrace l’état des lieux des différentes thématiques de développement, relève les perspectives et formule des propositions et recommandations aux effets mesurables en identifiant précisément les bénéfices attendus, ne perdant pas de vue les difficultés pressenties.

Pour le Génie civil et connexes, les grandes thématiques évoquées sont les bâtiments institutionnels et résidentiels, les infrastructures routières, eau-assainissement-déchets solides.

Le Génie électrique a englobé : Energie-électrification rurale-énergies renouvelables, Technologie de l’Information et de la Communication (TIC). Le Génie Mécanique s’est appesanti sur l’industrialisation et le développement agricole.

Le développement agricole au cœur des préoccupations du livret blanc

Le ministre Octave Broohm (M) avec la délégation

L’état des lieux du secteur agricole par la corporation des ingénieurs montre que le secteur agricole togolais est plus orientée vers une agriculture de subsistance, marquée par une faible exploitation du potentiel existant malgré la disponibilité de terres fertiles, une faible mécanisation, un manque de prestataires équipementiers et un désintéressement des jeunes vis-à-vis du secteur.

Toutefois, le livret a relevé une existence de coopératives agricoles et un appui de l’Etat au secteur à travers les projets (PNIASAN, PPAAO, PASA, PADAT).

Comme perspectives, une modernisation de l’agriculture et une viabilisation du secteur sont encore possibles.

Pour y arriver, le livret blanc propose l’association des ingénieurs locaux dans la mise en œuvre des nouveaux programmes tels que les agropoles, le développement des techniques d’irrigation basées sur les compétences locales, un renforcement de la motorisation par l’acquisition et la mise à la disposition des paysans, des équipements agricoles modernes avec un suivi effectif de ces équipements.

Lire aussi : Noupokou Dammipi aime faire preuve de pédagogie

Aussi, la promotion de la transformation des produits agricoles par la création de petites et moyennes unités de transformation, la promotion et la facilitation des petites coopératives agroindustrielles sont inscrites parmi les propositions.

A côté de ces aspects tangibles du secteur agricole, des propositions ont été aussi formulées touchant directement le développement rural, telles que l’augmentation du taux d’électrification rurale qui en est à 8% et de la longueur des pistes rurales n’avoisinant que 7 mille km sur toute l’étendue du territoire.

Mots-clés :

Votre avis