La forme juridique d’une coopérative agricole protège les membres de cette organisation et les relations qu’ils entretiennent. Le statut juridique fixe les normes telles que les prises de décision (l’élection et le mandat des organes de gestion) et la formalisation des membres (adhésions, sanctions, exclusion, restitution des parts). Les membres d’une coopérative agricole sont dégagés de la plupart de leurs responsabilités qu’elles transfèrent à la coopérative selon les services qu’elle fournit. Ceci fait des adhérents, des actionnaires de l’entreprise coopérative.

Avantages fiscaux

Au même moment que la coopérative lutte pour la promotion de ses membres, elle est considérée comme une entreprise économique dont les actionnaires sont les adhérents. Dans la plupart des pays, elle prend la forme juridique d’une organisation paysanne et bénéficie des traitements fiscaux favorables par rapport aux autres entités.

Elles bénéficient également des contrats de partenariats avec les grandes entreprises, les bailleurs de fonds, les différents projets de l’État qui appuient quelques fois l’organisation et la gestion de ces coopératives.

Du fait de son statut juridique, une coopérative agricole peut offrir des opportunités de travail décent à ses membres et employés telles la sécurité sociale et l’amélioration des conditions de travail à travers les sensibilisations sur la santé, sécurité au travail, et l’accès à des programmes de formation publiques et des ONG (Organisation non gouvernementales).

La professionnalisation du secteur agricole est un facteur important de la relance du secteur. Les avantages liés aux coopératives agricoles ne sont valables que si la coopérative remplit toutes les formalités de son installation selon les règlements en vigueur de son ressort territorial.

Mots-clés :

Votre avis