Aklessou inquiet de son avenir

Wébou, localité située à environ 350 km de Lomé, fait partie des villages frontaliers ou faisant partie du parc Fazao-Malfakassa.

Selon les explications de la population, le parc qui occupe le nord de l’axe routier Sokodé-Bassar est favorable à l’agriculture alors que le sud de l’axe routier laissé à la population est caillouteux et montagneux.

"Je ne sais pas pourquoi le gouvernement a jugé laisser la partie fertile aux animaux et aux plantes, privant, nous les hommes de champs pour survivre", se demande Aklesso, natif de Wébou.

La majorité pour ne pas dire toute la population de Wébou est agricole et se retrouve limitée dans ses activités par le domaine du parc.

Les producteurs agricoles qui n’ont pas pu trouver des parcelles dans le village parcourent des kilomètres pour se tailler une place.

La mise en place du parc national Fazao-Malfakassa intervient dans le cadre du respect des engagements internationaux par le gouvernement en matière de protection de la biodiversité.

Un protocole d’accord a été élaboré en 2017 entre le ministère en charge de l’environnement et les populations riveraines pour la gestion de ce parc.

Toutefois, les populations impliquées ne sont toujours pas totalement informées sur le projet et leurs plaintes ne sont toujours pas totalement prises en compte.

Il s’avère important pour le gouvernement et les acteurs du projet d’accentuer d’une part la sensibilisation des populations impactées par la présence du parc et de prendre effectivement en compte les recommandations de ces communautés d’autre part, pour une gestion durable de ce projet d’intérêt commun.

Le respect des engagements aussi bien du gouvernement que des communautés, pourra aboutir à l’amélioration des recettes et à la création des emplois ; des effets qui vont dans l’intérêt des deux parties.

Constitué des forêts classées de Malfakassa (30 mille ha) et de Fazao (162 mille ha), le parc national Fazao-Malfakassa est situé entre 8°20’ et 9°30 latitudes Nord et, 0°35’ et 1°02 longitude Est.

Il est limité au nord par l’axe routier Sokodé-Bassar, au sud par les cours d’eau Kpawa et Djafé, au nord-ouest par la rivière Mô, les montagnes de Timbou, au sud-ouest par la rivière Koué et le Parc National de Kyabobo au Ghana, et à l’Est par les rivières Aou, woro et Anié.

Ihlasse Toure de retour de Webou pour Agridigitale.

Votre avis