Beaucoup plus connu sous le nom de «Amon», il faut demander d’après lui depuis la ville de Mango et on vous indiquera facilement chez lui. Moyème n’est pas le meilleur éleveur de la région, son point fort, c’est qu’il soit éleveur identifié et financé par le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) dans un milieu reculé.

Parti d’une vingtaine de volailles, il ne peut plus compter exactement combien il en a eu sauf après un long calcul du cahier de comptes qu’il tient. PASA lui a permis de construire un poulailler amélioré et a renforcé l’effectif de la volaille avec un apport de 50 pintades et c’est parti pour le top chrono.

3 femmes 17 enfants à nourrir

Moyème, né en 1975 a 3 femmes et 17 enfants. Et pourtant, il n’est pas inquiété. «C’est grâce à l’élevage que je me sens soulagé», explique-t-il «car à chaque fois que j’ai un souci financier, je le règle avec un certain nombre de poules ou pintades.

Il témoigne que "pour payer les frais de scolarités et les cotisations parallèles à l’école, il lui suffit d’attraper 4 ou 5 pintades et le tour est joué. Au-delà de la résolution des problèmes financiers, l’éleveur révèle que les défécations de ses volailles collectées et reversées dans ses champs lui permettent d’obtenir un bon rendement dans la production agricole.

"Je pense être mieux qu’un fonctionnaire et je ne me plains pas", lance-t-il à agridigitale.

 Les clients de Moyème, des revendeurs au marché de Mango pour la plupart, viennent jusqu’à son domicile pour l’achat. Des fois, c’est lui-même qui se rend au marché de Mango pour la commercialisation de ses produits.

La peste, un souci

Moyème est spécialisé en élevage de pintades. Si la lourde charge familiale n’est pas un souci pour l’éleveur, la peste par contre en est un.

«Actuellement, il y a des maladies qui attaquent mes pintades ; nous les traitons mais ça revient toujours, s’inquiète-il. Si cette situation perdure, le ménage de Moyème sera placé sous haut risque. Il plaide à toute bonne volonté qui pourrait lui trouver une solution adéquate.

Tout comme Moyème, l’élevage sauve beaucoup de ménages en milieu rural pour les besoins d’alimentation, logement, cérémonies et bien d’autres qu’on ne peut finir de citer.

Votre avis