La faim zéro est possible selon le ministre Agadazi

Les populations les plus touchées sont des agriculteurs familiaux vivant en milieu rural en Afrique subsaharienne et en Asie du sud-est.

"La hausse du nombre de personnes souffrant de la faim n’est le seul défi auquel nous sommes confrontés. D'autres formes de malnutrition ont également augmenté. En 2017, au moins 1,5 milliards de personnes souffraient de carences en micronutriments. Ce qui a eu des répercussions négatives sur leur santé et sur leur vie. Parallèlement, la proportion d'adultes obèses continue d'augmenter en passant de 11,7% en 2012 à 13,3% en 2016 soit 672,3 millions de personnes",  analyse Oyetounde DJIWA, chargé de programme du bureau de la FAO au Togo.

Pour M.DJIWA, "il est possible d’ici 2030 d'arriver à une faim Zéro au Togo comme dans le monde entier mais à condition que tous les acteurs de mettent ensemble en prônant la paix".

Lire aussi : L’objectif faim zéro plus loin, plus proche !

"Dans tous les pays, notre appui consiste à aider les gouvernements à se doter des politiques allant vers la paix. Au Togo en particulier, la FAO à aider à l’élaboration du programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité alimentaire", explique –t-il.

Il ajouté que son institution est en train de travailler sur les questions foncières au Togo afin d’aider les petits producteurs à accéder aux terres.

Le ministre de l’agriculture, Ouro-Koura Agadazi en inaugurant mardi à Niamtougou (nord-Togo) la journée mondiale de l’alimentation a salué les efforts du gouvernement notamment la mise en place imminente de l’agropole pilote de Kara qui contribuera à la réduction de la faim au Togo.

Il s’agit de la 38ème journée mondiale de l’alimentation (JMA) couplée avec la 22ème opération Telefood autour du thème "Agir pour l’avenir, la faim zéro est possible".

En marge de cette journée, le ministre de l’agriculture a visité au nord-Togo des bénéficiaires du projet d’appui au secteur agricole (PASA).

Votre avis