L'élevage de poules pondeuses est rentable

Jeune éleveur de poules pondeuses à Tovégan (60km au nord-ouest de Lomé), Hervé estime qu’il n’a rien à envier à un fonctionnaire par rapport à ce qu’on peut gagner.

"Tout compte fait, vous avez au moins 300.000Fr. CFA par mois, ce que ne gagne pas un fonctionnaire. Avec 6.000.000 on peut commencer l’élevage de 1000 poules pondeuses", a-t-il confié à Agridigitale.

A lire aussi : Avec 1000 poules pondeuses, vous gagnez 300.000 F/mois

La récolte

Si les poules sont bien nourries et bien entretenues, on commence par avoir les premiers œufs à partir de la 18ème semaine (4 mois et 2 semaines). Au début on peut avoir deux à trois plateaux mais très rapidement ça monte jusqu’à 6 plateaux. Déjà à six mois de ponte on arrive à ce que nous appelons le pic de la ponte où le taux de ponte frôle 95%.

Ça veut dire que si vous avez 1000 poules, vous aurez 950 œufs par jour et ce pic dur entre une et trois semaines. Ensuite ça redescend. Après un an, le taux de ponte chute et quand ça atteint moins de 60% ça veut dire qu’il faut reformer les pondeuses. Et pour les reformer il faut vendre les poules.

Il y a deux races de pondeuses : La race lourde, et la race légère.

La différence est que la race lourde pond des œufs un peu plus gros mais consomment beaucoup. Alors que la race légère consomme moins mais pond beaucoup. A la vente, les races lourdes coûtent plus chères parce qu’elles ont beaucoup plus de chaires. C’est au départ qu’il faut préciser la race que l’on souhaite.

Rapport investissement et rentabilité

Nous avons des évaluations qui nous permettent de savoir par exemple si vos poules sont en ponte et que vous avez 1000 têtes, vous allez dépenser en moyenne 900.000Fr.CFA par mois pour l’alimentation sans le déplacement.

A la phase de démarrage, les poules mangent entre 10 à 50g par jour. Au deuxième âge, les poules mangent entre 60 et 80g par jour. Enfin, les aliments de ponte vont de 50à 120g par jour.

Et quand les poules sont bien nourries et bien entretenues, vous aurez un taux de ponte qui va tourner autour de 80 à 90% pour  vous faire gagner jusqu’à 1.500.000Fr dans le mois.

Quand vous faites la différence ça fait 600.000Fr.CFA et dans les 600.000 il y a les déplacements, la main d’œuvre et les vaccins à payer.

Il y a plusieurs types de vaccins. Il y en a qu’on fait dès le premier jour, des vaccins contre la peste, la variole aviaire, la bronchite infectieuse... Et les vaccins son faits selon les zones.

Il y a des vaccins qui coûtent chers et d’autres moins chers. Il y en a qu’il faut injecter par le biais des vétérinaires et d’autres qu’on met dans l’eau.

Tout compte fait, vous avez au moins 300.000Fr. CFA par mois, ce que ne gagne pas un fonctionnaire. Avec 6.000.000 on peut commencer l’élevage de 1000 poules pondeuses (2 millions pour la construction du bâtiment, 800 à 850mille pour l'achat des poussins et le reste pour l'alimentation et les soins pendant les 6 premiers mois).

Le marché

La demande est là, et elle est très forte sur toute l’année sauf en novembre où ça baisse. Généralement, nous livrons les demi-grossistes qui les revendent aux marchés et aux cafeterias ou aux bonnes dames. Des fois des gens viennent directement vers nous.

Difficultés

Nous faisons face à d’énormes défis. D’abord il y a l’indisponibilité des ingrédients et la cherté des aliments. Ensuite, le prix de revente au niveau des éleveurs. Pour avoir les chiffres que je viens d’évoquer, il faut vendre le plateau à 1800.

Mais, il y a des éleveurs qui revendent le plateau à 1300Fr alors que sur le marché les bonnes dames revendent plus chers. Entre 2500 et 3500Fr. CFA.  Ce n’est pas encourageant. Il va falloir qu’on ramène le prix du plateau au tour de 2000Fr. CFA. Il a aussi le manque de suivi au niveau des vétérinaires.

Un appel

Il faut que les éleveurs se regroupent pour défendre leurs intérêts pour que le secteur puisse se développer. Au niveau de l’Etat, il faut des règlementations pour favoriser la production interne.

Il faut aller vers des installations de production de provende. Il faut aussi renforcer la formation des éleveurs pour s’assurer de la qualité de nos produits.

1 Contribution(s)

  1. DJONNOU ESSOKLINA say:

    Chapeau à vous. Merci de nous faire connaître plus

    16/08/2018 15:46:03

Votre avis