Une partie de pêche sur la côte togolaise (image agridigitale)

Cette période de mousson marquée par une grande fraîcheur avec des vents forts fait l’affaire des pécheurs.

"Nous sommes rentrés dans la bonne saison de pêche. Elle court de juillet à octobre voire novembre au plus", dévoile Abdou Derman, secrétaire général du Syndicat national des pêcheurs du Togo (SYNAPETO) à agridigitale.

Lire aussi : La mer impose un congé aux pêcheurs

Anchois, sardinelles, harengs, bonites, maquereaux etc. sont les principaux types de poissons qui sont capturés, surtout les anchois communément appelés en langue locale parlée au sud-Togo, "abobi".

Petit poisson fumé (anchois)

Les parties de pêche font également la joie des bonnes dames qui rachètent ces produits de pêche qu’elles fument ou vendent en frais aux consommateurs.

Seule fausse note, les pêcheurs dans leur ensemble se plaignent que leurs captures diminuent d’année en année.

Lire aussi : Les femmes du littoral vivent de l’Anchois

De l’avis des spécialistes, cette situation serait imputable aux changements climatiques qui touchent également les mers et océans où, chaque année, les déchets industriels sont déversés.

"Nos prises de poissons ne sont plus comme les années 2000 à 2010. Quand la production est importante, le chiffre d'affaires est élevé et le prix de vente chute un tout petit peu pour les consommations, ce qui n’est plus vraiment le cas aujourd’hui", regrette M. Derman.

Votre avis