Daniel Ropert, président Synergie Eurobec

Selon les chercheurs, le recours aux antibiotiques (Tétracycline, d’érythromycine et de streptomycine, etc.) pose un véritable problème de santé publique aux consommateurs.

Interdite sous d’autres cieux, la pratique est monnaie courante en Afrique, surtout que beaucoup ignore le danger que cela représente pour la santé.

"Bien souvent, nous recourons à ces produits quand le poulet est malade afin d’éviter la perte de nos volailles", témoigne Moussou Winsou, aviculteur. L’antibiotique (anti bio-résistance) peut non seulement affecter la vie humaine mais l’éleveur lui-même est la première victime.

Pour corriger cette situation, le Centre d’Excellence Régional sur les Sciences Aviaires (CERSA) et la société canadienne "Synergie Eurobec International" mènent une campagne en vue de l’amélioration de la production avicole au Togo.

La démarche consiste à informer les éleveurs à remplacer les antibiotiques par d’autres alternatives biothérapies, à savoir veiller sur la qualité de l’eau, des aliments, et sur le bon fonctionnement du foie et des reins.

Lire aussi : Le CERSA veut industrialiser la filière avicole en Afrique

"Il s’agit de reprendre l’élevage à la base en misant sur les besoins nutritifs de l’animal. Il faut que l’alimentation soit adaptée au potentiel génétique des animaux afin de  développer leur système immunitaire et phagocytaire", suggère Daniel Ropert, président Synergie Eurobec.

Il estime que c’est la voie royale pour l’élevage d’avenir qui n’impacte en rien sur la santé des individus et dont les coûts de prise en charge des cas de maladies graves reviennent onéreux aux Etats.

"Nos conditions climatiques favorisent le développement des germes et des microbes. C’est un impératif  des additifs alimentaires, des produits technologiques qui ne sont pas des antibiotiques mais qui vont jouer ce rôle et qu’on mettra dans l’eau pour réduire la charge bactériale afin de rendre le milieu défavorable à ces germes pathogènes", détaille Kokou Tona, Directeur du CERSA à agridigitale

Le CERSA logé à l'Université de Lomé apporte toute son expertise aux éleveurs, aussi bien au plan national que continental pour faire de l'aviculture, un secteur porteur d'opportunités pour la jeunesse africaine.

Mots-clés :

3 Contribution(s)

  1. BADO ALAIN say:

    Cet article est tres important et je suis entierement d'avis

    28/06/2019 14:54:52
  2. AKUE Aduayi say:

    Information très utile. Nous avons le devoir de produire pour fournir la viande aux consommateurs. Mais il faut avant tout préserver la santé des consommateurs que nous sommes.

    20/06/2019 08:20:42
  3. AKUTSA Yawo Lolonyo say:

    C'est bien vérifié. Projet a soutenir en Afrique.

    18/06/2019 17:19:32

Votre avis