Chardey Kokouda

Le projet consiste à la création massive de l’emploi dans la filière café-cacao en offrant un accompagnement inédit aux jeunes qui souhaitent se lancer dans la filière. 500 jeunes sont ciblés pour être les premiers bénéficiaires.

"On prend d’abord une vague de 100 jeunes pour lesquels on négocie le foncier et à partir de ce moment, ces 100 jeunes disposeront de 100 hectares à exploiter. Chacun exploitera son espace de 1 hectare et ce sera  le new Generation 1 jusqu’à la 5ème vague", détaille-t-il à agridigitale.

"Les jeunes bénéficiaires auront les garanties de l’interprofession qui les prend en charge du début jusqu’au moment où les plantes commencent par produire afin qu’ils remboursent les dépenses déjà effectuées. Pour un hectare, nous prévoyons 1.500.000 F.CFA à titre d’accaompagnement",  ajoute Chardey.

Très optimiste, il assure que "le projet est déjà là, tout est bien ficelé" et que ce qui reste à faire, c’est de mériter la confiance des partenaires en développement pour son financement.

"Vous imaginez si on arrive à réaliser ce projet en faveur de toutes les filières, les jeunes togolais seront très à l’aise. Et je vous assure qu’on ne parlera plus de chômage au Togo", lance –t-il.

Pour mériter la confiance des bailleurs, M. Kokouda suggère à l’Etat Togolais de prendre une loi devant régir les interprofessions afin de les rendre plus crédibles vis-à-vis des bailleurs.

Il propose également que les transformateurs soient davantage accompagnés et surtout remettre sur scelle l’agence pour la promotion de la consommation des produits togolais.

Depuis 2014, la filière Café-Cacao connaît un nouveau souffle marqué par la création de l’interprofession composée de quatre familles à savoir les producteurs, les acheteurs, les transformateurs et les exportateurs.

Le CICC travaille avec plus de 3000 producteurs pour environ 18000 tonnes pour le cacao et 12000 tonnes pour le café.

Votre avis