Harison Stephanio Andre, chef de cabinet à Atsinanana

Là, Agridigitale a rencontré Harison Stephanio Andre, chef de cabinet de cette deuxième région du point de vue démographique du Madagascar et dont l’activité agricole est très importante.

"L'Agriculture occupe plus de 80% de la population active. Ce secteur qui est à la base de l’économie malgache se porte cependant très mal", a-t-il indiqué.

Ce fils de Tamatave croit au décollage du secteur et pense que le programme Micro-Entreprise Rural (MER) financé par le FIDA (Fonds international de développement agricole) et l’Etat Malgache va booster le secteur de l’agriculture. 

Premier producteur mondial de Vanille

L’agriculture malgache est toujours archaïque. Elle se fait de manière loin d'être professionnelle. Elle est très loin de la mécanisation. Chose qui n'est pas du tout bon.

Les produits primés par les paysans sont là vanille dont on est le premier producteur mondial. Ensuite il y a le blé, le café, le cacao, le girofle, le poivre et les épices.

Importation de riz, une aberration à corriger

On dit que nous sommes le premier peuple mangeur de riz au monde. Chaque malgache mange environ 250 kg de riz par an.

Alors qu'on n’arrive pas à s’auto-suffire en riz. On doit d'abord régler ça. Parce qu’on ne peut pas importer du riz alors qu'on est le premier mangeur du riz. C’est une aberration.

L’agriculture, un secteur porteur

Les terres sont là, disponibles. Nous avons également la main d’œuvre. Il faut que l’agriculture devient  le secteur porteur qui assure aussi tout ce qu'on mange et pourquoi pas, avoir un surplus et exporter.

Entre autres, nous pensons qu'il faut mécaniser l'agriculture du Madagascar. Aujourd’hui, tout ce qui vient du terroir est très recherché et voilà donc il faut qu'on arrive à rendre l’agriculture dynamique et pérenne pour justement faire en sorte que cette terre nourricière puisse être bénéfique et pour le Madagascar et pour ses partenaires.

MER pour valoriser l’agriculteur

Malgré ce constat amer, force est de constater que des initiatives sont prises. Que ce soit au ministère de l'agriculture, d'autres ministères et surtout de tous les partenaires techniques et financiers, il y a un certain nombre de programmes qui sont là quand même pour témoigner de la volonté à aller de l'avant sur le plan agricole.

C’est le cas par exemple du programme Prospérer, financer par le FIDA qui consiste à valoriser l'agriculteur. On ne l'appelle plus paysan,  mais on l'appelle MER: Micro-Entreprise Rural.

Rien qu'en changeant l'appellation, ça prouve du fait qu'on valorise davantage l'agriculteur. Ce qui fait que dorénavant l'accent est mis sur comment valoriser la terre et les compétences agricoles.

Toutes ces initiatives montrent que notre pays est sur la bonne voie.

1 Contribution(s)

  1. Serge LOVESSE say:

    Je trouve que l'appelation MER est bien.Parcque quand on dit paysan,la plupart voit directement un monsieur analphabète courbé sur sa houe vivant dans une condition misérable.Et cette image du paysan fait fuir jusrement nos jeunes.Merci a agritdigitale pour cette trouvaille.Je m'évertuerai désormais a ce qu'on me considère plus comme paysan mais comme MER.

    08/08/2018 06:44:19

Votre avis