Il s’agit de l’Assurance Indicielle Agricole (AIA), un produit de Wordcover dans le cadre de la phase pilote du MIFA inauguré ce lundi après-midi à Lomé par le président Faure Gnassingbé, qui avait à ses côtés, le patron du Fonds international de développement agricole (FIDA), Gilbert Fossoun Houngbo.

L’AIA est principalement destinée aux producteurs et groupements de producteurs retenus par le dispositif MIFA.

Bien que le MIFA ait ciblé pour cette phase pilote, les producteurs du maïs, du riz du manioc, l’assurance Indicielle Agricole de Worldcover couvre également les producteurs de sorgho et de l’arachide dans le sud du Togo.

Selon les responsables, seule la perte de la culture due à un déficit de précipitations pendant la période de reproduction de la culture est prise en compte.

Les particularités de l’Assurance Indicielle Agricole

Les responsables de Wordcover expliquent qu’il suffit que la sécheresse ou les précipitations cumulées surviennent et le processus d’indemnisation se déclenche automatiquement en fonction du nombre de jours consécutifs (point besoin d’introduire un dossier d’indemnisation) ; les règlements sont faits dans les 10 jours qui suivent la fin de la période de reproduction de la culture et le montant de l’indemnité d’assurance est calculé en utilisant une formule précisée dans le contrat d’assurance.

Implantée au Togo plus précisément à Hédzranawé Assivimé (banlieue de Lomé) depuis novembre 2017, Wordcover compte déjà 5000 abonnés sur toute l’étendue du territoire togolais.

Votre avis