La 2ème session du CNC présidée par Yaya Sani, ministre togolais de l’économie et des finances a salué la mise en place du mécanisme qui répond à la problématique de sous-financement de l’agriculture, souvent lié aux risques perçus dans ce secteur.

"Le MIFA vise à partager les risques entre les différents acteurs des filières agricoles. A ce titre, il devrait faciliter l’accès aux crédits agricoles, grâce au renforcement et à la professionnalisation des chaînes de valeur ainsi qu’à la mobilisation des financements nécessaires pour la garantie des crédits", a indiqué le ministre Sani.

Il a rappelé que "le MIFA devrait permettre au cours des trois (03) prochaines années d’accompagner plus d’un million d’agriculteurs, surtout les petits exploitants".

Le ministre Yaya Sani s’est félicité que "le MIFA ait reçu une forte approbation des partenaires au développement, en particulier les Présidents du FIDA (Fonds International de Développement Agricole) et de la BAD (Banque Africaine de Développement), ainsi que les dirigeants d’autres institutions internationales qui ont annoncé que leurs institutions apporteront un appui conséquent à ce mécanisme".

"Le MIFA s’inspire du dispositif mis en place au Nigeria par l’actuel président de la BAD, appelé NIRSAL « Nigerian Incentive Based Risk Sharing for Agricultural Lending ». Le NIRSAL a apporté une forte contribution au développement du secteur agricole au Nigeria", a-t-il souligné.

Afin de permettre aux membres du Conseil de s’imprégner davantage de ce mécanisme innovant, le ministre Yaya Sani a souhaité qu’un point sur le MIFA soit inscrit à l’ordre du  jour, lors de la prochaine session du CNC.

Il a demandé au Président de l’Association Professionnelle des Banques et Etablissements Financiers du Togo, membre de ce Conseil, de tout mettre en œuvre pour la participation active des banques et établissements financiers à ce mécanisme.

Crédit photo: www.republicoftogo.com

Mots-clés :

Votre avis