Explication du fonctionnement de l'unité Microsol aux participants

Les plateformes agricoles (irrigation, pisciculture, séchage, transformations, pasteurisation etc.) pourront bien désormais fonctionner à partir de l’énergie solaire.

Et c’est grâce au projet régional de développement d'une plateforme agricole intégrée de production, de transformation et de conservation de produits, utilisant l'énergie solaire "MICROSOL-UEMOA" développée par la société SCHNEIDER Electric (SE).

Cet ambitieux projet porté par l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) est une réponse pragmatique à la crise énergétique dans l'espace de l’union depuis deux décennies.

Sa mise en œuvre a été précédée par l'accord tripartite UEMOA-SABER-SCHNEIDER, ensuite la convention de la maîtrise d'ouvrage UEMOA-SABER puis le contrat SABER-SCHNEIDER.

L'objectif est d'améliorer les conditions de vie des populations rurales à travers la diversification des sources d'énergie dans les huit pays de l’union. Ces sources d'énergie permettront de développer des applications agricoles dans le domaine de la pisciculture, des activités agro industrielles, de l'irrigation et des séchoirs électriques.

Il est donc attendu du projet la fourniture d'une puissance électrique de 50 Kw pour alimenter les pompes d'irrigation, de pisciculture, des chambres froides des plateformes de transformation, des ventilateurs de séchage.

A cela s’ajoute une puissance de 50 kw pour alimenter le séchage des produits, le réchauffage des bassins, l'étuvage de riz et la pasteurisation.

"Il convient de rappeler que le projet microsol est un projet innovant en ce sens qu’il est une source simultanée de production d’énergie électrique et thermique et contribuera aussi à la création de nombreux emplois grâce à un modèle économique durable", justifie la Société Africaine des Biocarburants et Energies Renouvelables SABER, maître d’ouvrage.

"C'est une réponse adaptée pour les zones isolées sans réseau électrique, un facteur de développement social pour les villages", martèle Jean-Luc Brusorio, représentant de SCHNEIDER.

Il précise que c’est "un ensemble de containers maritimes de 20 pieds intégrant des fonctionnalités de conversion et de stockage d'énergie alimentés par des panneaux solaires le jour et les batteries la nuit".

"Elle est facilement maniable adaptée pour sa robustesse, sa flexibilité. Les bénéficiaires n'auront accès qu'aux coffrets composés d'un bouton pour allumer et éteindre puis d'un système de protection des installations", ajoute-t-il.

Au Togo le site choisi pour l’implantation du microsol est à Koumbeloti dans la préfecture de l’oti (nord-Togo).

Que retenir de la réunion de Lomé sur le projet ?  

De mardi à mercredi, les participants à la réunion de Lomé auront à faire le point de la mise en œuvre du programme MICROSOL-UEMOA et rappeler les rôles et responsabilités des parties, présenter le fonctionnement des mini-centrales et aussi, visiter les équipements de Lomé.

Réunion de Lomé sur microsol

Le PDG de la SABER Adjih Ottèth Ayassor a rappelé que sa société a déjà exécuté des projets à hauteur de 50 milliards de FCfa dans le domaine de l'énergie renouvelable pour l'uemoa.

"La SABER s'affirme comme structure stratégiquement positionnée pour la maîtrise d'ouvrage de ce projet qui selon les prévisions apportera de l'Energie Electrique à 100 mille personnes par Etat qui s'en serviront dans la production, la transformation et conservation dans le secteur agricole", souligne M. Ayassor, ancien ministre togolais de l’économie et des finances.

Pour sa part, le ministre togolais de l’agriculture a témoigné que "les centrales Multi Energies interviennent comme des outils adaptés pour accroître la sécurité alimentaire nationale, une priorité du Togo inscrite dans le Plan national de développement (PND).  

Votre avis