Mardi dans la préfecture de Bassar, une union préfectorale de riziculteurs « COOP-CA Titchou-N’poin » (ndlr : tenons dur, en langue locale) est mise sur pied.

Dotée d’un conseil de 9 membres et regroupant plusieurs producteurs, la coopérative ambitionne de renforcer les capacités des membres à suivre les itinéraires techniques afin de porter à la hausse la production moyenne à l’hectare.

« La production moyenne à l’hectare dans la région étant de 1,5 à 2 tonnes, ce rendement pourra s’augmenter dans les années à venir afin de mieux répondre à la demande du marché. La coopérative va également s’atteler à court terme à résoudre les problèmes liés à la commercialisation du riz », indique  Nabine Kérim, président du Conseil d’administration.

Il précise que le principal pari de la nouvelle organisation est de mobiliser les investisseurs privés, l’Etat et les producteurs pour la création d’une usine de transformation de riz dans la préfecture.

« L’usine permettra de créer de la valeur ajoutée et d’emplois en milieu rural pour les jeunes », ajoute M. Kérim.

La consommation du riz est très importante dans l’alimentation au Togo. Le riz paddy produit dans la région constitue un véritable marché pour les producteurs qui espèrent vivre de cette filière très porteuse.

La préfecture de Bassar dispose d’un grand nombre de bas-fonds propice à la production du riz. Les variétés de riz les plus cultivées dans la région sont entre autres, IR841, Nerica et TGR.

Mots-clés :

Votre avis