Consolider 8000 emplois et créer 5000 nouveaux

Le secteur contribue à 4,5% au PIB primaire. Au-delà de la fourniture de produits halieutiques, le port de pêche joue également un rôle important en termes d’emplois pour d’autres acteurs que sont les réparateurs de moteurs hors-bords et constitue un centre de petits commerces.

Le désormais ancien port de pêche accueillait plus de 3000 pêcheurs, 5000 mareyeurs et transformatrices de poissons. A la suite de vastes travaux de modernisation des infrastructures du port autonome de Lomé, le bassin du port de pêche a été réduit de 30% rendant ainsi les opérations de pêche difficiles engendrant parfois des collisions entre les pirogues. D’où l’impératif d’en créer un nouveau.

"À un moment donné, nous étions coincés dans l’ancien port de pêche. À notre grande surprise, on nous avait annoncé en avril 2017 pour la construction d’un nouveau port et c’est aujourd’hui chose faite", se félicite la représentante des mareyeuses. 

Le nouveau port de pêche inauguré ce mercredi à Gbétsogbé (banlieue nord-est de Lomé) par le chef de l’Etat, Faure GNASSINGBÉ a coûté environ 20 milliards de FCFA.

Lire aussi : Voici le nouveau port de pêche du Togo

L’ouvrage a été réalisé grâce au financement de la coopération japonaise par le biais de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA) qui a contribué à hauteur de 14,46 milliards FCFA.

La représentante des mareyeuses remercie le chef de l'Etat

Le nouveau port de pêche a une capacité d’accueil de 300 à 400 pirogues et est doté d’infrastructures modernes de débarquement, de conservation et de vente des produits de pêche. 

"Je souhaite que ce port contribue de manière effective à l’amélioration des conditions de vie des populations mais aussi à la consolidation de nos relations diplomatiques pour la pérennité des ressources halieutiques et de sceller davantage les liens d’amitié qui existent entre nos deux pays", espère Hiroshi Kato représentant résident du JICA. 

Les infrastructures réalisées sont : un bassin de mouillage d’une capacité de 300 à 400 pirogues artisanales, une criée pour 800 places, un dépôt de déchets, un bloc administratif, une fabrique de glace de capacité 5 tonnes par jour, des équipements divers pour la conservation des poissons (glaciaires, charrettes manuelles, caisses à poissons, congélateur coffre), un château d’eau de capacité 12,25m³, un poste gardien, un bureau de vente de tickets d’entrée.

"La réalisation du nouveau joyau qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National de Développement, va booster davantage ce sous-secteur de la pêche", promet Noël Koutéra BATAKA, ministre de l’agriculture, de la production animale et halieutique.

"Le nouveau port de pêche va apporter des innovations majeures dont entre autres le rétablissement de capacité productive des acteurs de la pêche maritime par l’amélioration de leur condition de travail, l’intégration des circuits de commercialisation de la pêche artisanale dans le circuit de l’économie formelle", poursuit-il. 

Pour sa part, le gouvernement garanti une modalité de gestion qui sécurise les ressources et la maintenance des infrastructures pour leur durabilité. Le ministre BATAKA a appelé les bénéficiaires à faire preuve de responsabilité.

"Les belles œuvres sont des joyaux que par les soins attentifs et attentionnés dont on les entoure. Avec le nouveau port de pêche, s’ouvre de nouvelles perspectives pour le développement de l’économie bleue au Togo", exhorte –t-il.

M. BATAKA a promis à la communauté des pêcheurs que ses services sont à pied d’œuvre pour la réalisation des manquements soulevés notamment le marché de poisson, l’atelier de réparation hors-bord etc.

Mots-clés :

Votre avis