Marius Bagny, président de l’Association des professionnels diplômés de l’APD-ENSI.

"Le Togo n’a rien à envier aux pays européens et américains en termes de compétences de ses ressources humaines", note Marius Bagny, président de l’Association des professionnels diplômés de l’APD-ENSI.

Tout en félicitant le gouvernement au sujet du Plan national de développement (PND) évalué à 4622 milliards, l’ingénieur Bagny conditionne la réussite de cet ambitieux plan par une meilleure implication des ingénieurs de la phase de la conception, à la réalisation et au suivi des projets prévus.

Lire aussi : Ingénieur, qu’as-tu fais pour le Togo ?

Cohésion des ingénieurs avant l'atélier de réflexion

"Le risque c’est que le PND soit aussi construit sur des colosses au pied d’argile. On doit évoluer. Notre fierté de togolais est constamment en jeu et certains en sont mêmes malades", observe –t-il.

Pour ainsi apporter des recettes originales au gouvernement, un atelier de réflexion s’ouvre de 31 mai au 1er juin à Lomé, à l’initiative de l’Ordre des ingénieurs du Togo (ONIT) et de l’APD-ENSI.

"En deux jours, nous allons faire des propositions et contributions pertinentes pour sa réussite et la réalisation du PND", assure Marius Bagny.

Lire aussi : Tout commence avec l’ingénieur, tout va et fini avec !

Il affirme qu’au-delà des contributions, les techniciens ou sociétés d’ingénieries verront également comment participer au financement du  PND et à la réalisation de certains projets.

A la veille de cette importante rencontre, une marche sportive a regroupé la corporation ce jeudi à Lomé pour créer l’esprit de cohésion avant l’ouverture des réflexions sérieuses devant apporter une plus-value au pays.

Mots-clés :

Votre avis