Échanges de marchandises au marché de Togoville (photo agridigitale)

Togbui Joël Kwassi Mensah MLAPA VI, Chef canton de Togoville (préfecture de Vo), rencontré dans son palais royal expliqué que ce patrimoine ancestral a encore de beaux jours devant.

D’après lui, c’est une richesse qui suscite encore et encore de l’engouement des touristes qui viennent souvent découvrir cette vieille pratique ancestrale surtout pendant les vacances.

Des réformes en vue

Avant il y avait quelqu'un qui donnait le ton par un coup de sifflet mais actuellement, aussitôt arrivé sur les lieux, on peut commencer simultanément avec le commerce normal.

Mais Togbui MLAPA VI, veut réglementer les choses pour garder cette valeur ancestrale et symbolique de la pratique.

"Bientôt, nous allons l'amplifier. Au lieu d'une fois par semaine comme cela se fait actuellement, on va le faire deux fois dans la semaine. Les mercredis dans le nouveau marché, et les samedis dans l'ancien marché pour une durée de deux heures de temps. Et pendant ce temps, si on voit quelqu'un tenir l'argent, il sera amandé", clarifie-t-il à agridigitale.

Le troc, un moyen efficace de ravitaillement

C’est du donné et du recevoir en toute convivialité où chacun repart avec quelque chose venant de l'autre côté.

En route pour le marché (photo agridigitale)

Il sonnait à peine 6h du matin et des femmes attendent l’arrivée de la pirogue pour traverser le lac et aller échanger leurs fruits de mer ou produits maraichers contre les produits champêtres. On y échange également les produits maraichers contre les fruits de mer. C’est selon le besoin de chacun.

Parmi ces femmes rencontrées au bord du lac, il y a Odette, venue de Kpémé.

"Je viens ici tous les mercredis avec mes poissons frits pour faire le plein du Maïs, du gari ou du tapioca sans dépenser de l’argent à part bien sûr le transport", raconte-elle.

Sur les lieux, on voit des villageoises (cultivatrices pour la plupart) avec des assiettes contenant soit du maïs, soit du gari, du tapioca ou encore de l’amidon faire le tour de leurs homologues venues de l’autre côté du lac pour s’offrir les poissons, les légumes, les tomates, des oignons, piments… Ces dernières quant à elles, sont assises auprès de leurs marchandises.

"Ce qu'on gagne en vendant ne nous permet pas d'acheter des légumes et poissons pour faire la sauce. Mais, en venant ici tous les mercredis, on est sûr de rentrer avec toutes ces denrées en quantité suffisante pour couvrir toute la semaine", confie Agossi, résidante à Koffi kopé.

Restauration du marché ancestral

Fermé il y a de cela deux ans pour faute d’espace, l'ancien marché de Togoville a repris service depuis ce samedi 27 octobre 2018.

Coupure du ruban par le roi MLAPA VI

La voie la plus rapide pour accéder à ce marché historique est la traversée du Lac pour environ une trentaine de kilomètres au sud-est de Lomé.

Le ton de la reprise des activités a été donné par Togbui Joël Kwassi Mensah MLAPA VI, Chef canton de Togoville en présence de ses notables et invités.

"Trop de viande ne gâte pas la sauce. Pour un certain nombre de raisons, les bonnes dames ont exprimé le vœu de revenir dans le marché que leur ont légué les ancêtres", explique le roi.

"Du coup, nous avons décidé de rouvrir et ça va s'animer tous les samedis pendant que le nouveau continuera par s'animer tous les mercredis", poursuit-il.

Un événement historique qui a suscité la joie des populations. "Depuis que le marché a été délocalisé, on est obligé de parcourir de longues distances pour effectuer les achats alors qu’on était déjà habitué à ce marché tout près de nos maisons", se félicitent les riverains.

La particularité des marchés de Togoville réside dans le fait qu’en plus de la vente ordinaire, on y effectue également le troc. C’est-à-dire l’échange des marchandises.

Le Troc ou le commerce normal

Du chef canton de Togoville jusqu’aux bonnes dames, on admet unanimement que le troc fait beaucoup de bien dans les moments difficiles où l’argent se fait rare.

Toutefois, c’est difficile pour eux de faire un choix entre ces deux modes de commerce.

-----------

Anani Etsri, de retour de Togoville pour Agridigitale

Mots-clés :

Votre avis