Vigninou Gamadjigbé, lauréat 2018 du prix FADIGA (photo news.aniamey.com)

Le togolais Vigninou Gamadjigbé a dégoté la première place laissant derrière lui 36 autres candidats venant du monde universitaire et de chercheurs des 8 pays de l’UEMOA.

Il a été révélé au public mercredi en fin de matinée lors de la cérémonie de remise de prix organisée par la Banque centrale à Dakar et retransmise par visioconférence dans les agences nationales des autres pays membres.

"J’avoue que j’ai encore peur ; depuis le début j’avais peur", n’en revient pas le jeune doctorant à la Faculté des Sciences Economiques et de Gestion (FASEG) de son émotion.

Un prix axé sur la valeur scientifique

Le choix du lauréat du prix Abdoulaye Fadiga est l’aboutissement d’une procédure tenant compte des normes non discriminatoires. Selon les explications du professeur Adama Diaw, Président du comité de lecture, les candidatures sont enregistrées après un appel lancé dans un délai requis, qui suivent des évaluations pour aboutir au choix du meilleur article.

Les évaluations sont axées sur une valeur scientifique tenant compte de quatre critères dont : la pertinence de la problématique, la qualité de la revue de la littérature, la robustesse de la méthodologie et la rigueur de l’analyse des résultats.

Pour cette édition 2018, sur 37 dossiers reçus, 9 ont été retenus, trois primés pour encouragement et un sacré lauréat. Le togolais Vigninou repart avec 10 millions de FCFA et bénéficie d’un accès à des réseaux internationaux de chercheurs et du monde universitaire, avec une possibilité d’obtention d’une bourse de recherches de la BCEAO. Les autres lauréats dont deux ivoiriens et un béninois bénéficient chacun d’un chèque de 5 millions.   

La raison de l’attention portée à Gamadjigbé

Vigninou Gamadjigbé pleine d'émotion (photo news.aniamey.com)

"Survie des Banques de l’UEMOA, les nouvelles exigences des fonds propres sont-elles pertinentes ?". C’est le thème qu’a présenté Gamadjigbé pour en arriver là où il en est.

"Cette étude analyse le rôle des fonds propres règlementaires dans la survie des banques de l’UEMOA. Elle traite d’un thème d’actualité, la problématique est très claire et pertinente, la méthodologie est novatrice et le résultat éclaire sur l’impact de l’hétérogénéité. Les conclusions des recommandations sont claires et portent sur l’importance que doit accorder les autorités bancaires et monétaires pour d’avantage d’une bonne capitalisation", apprécie le professeur Adama.

Le prix Abdoulaye Fadiga

Le prix Abdoulaye Fadiga pour la recherche économique est organisé tous les deux ans depuis 2008 par la BCEAO en hommage à l’illustre gouverneur Abdoulaye Fadiga, nom que porte le prix.

Il vise à promouvoir et à renforcer la recherche et susciter la production des travaux de qualité sur la formulation et la mise en œuvre des politiques économiques des Etats membres de l’UEMOA.   

Né le 10 Mars 1935 à Touba en Côte d’Ivoire, Abdoulaye Fadiga fait partie des modèles africains, l’un des premiers panafricanistes. Pour la BCEAO, il a réussi à africaniser la Banque "sans  dommage" comme il l’avait prévu avec une équipe de jeunes cadres africains et transféré le siège de la Banque de la France à Dakar.

Pendant 14 ans, Abdoulaye s’est donné avec rigueur et humilité pour l’assise de la Banque avant de s’éteindre à l’âge de 53 ans. L’organisation de cette édition coïncide avec le 30e anniversaire de sa disparition.  

Selon les responsables de la BCEAO, des réflexions sont menées pour la mise en place d’une fondation au nom de l’illustre gouverneur.

Votre avis