Un système d'alerte précoce devient un impératif

Le Système d’Alerte Précoce (SAP) est un dispositif régional voulu par la CEDEAO pour prévenir et surtout combattre la l'insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Pour réussir ce challenge, le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS) y travaille d’arrache-pied et accompagne les Etats de la communauté dont le Togo à rendre opérationnel ce dispositif d’alerte.

"Le système d’alerte précoce est un outil très important pour permettre aux autorités d’améliorer la prise de décision en matière de sécurité alimentaire et prévenir à temps, d’éventuelles crises alimentaires dans les pays et aussi dans la sous-région," explique Abdou Karim KEITA, Expert en sécurité alimenté, chargé du volet instruments au CILSS à agridigitale.

Lire aussi : Le CILSS a une bonne capacité d’écoute

Mercredi, une concertation regroupant des acteurs impliqués dans la sécurité alimentaire s’est ouverte à Lomé et prendra fin vendredi.

Concertation sur le SAP ouverte à Lomé

Des participants auront à poser un diagnostic sans complaisance de l’état de la sécurité alimentaire dans le pays et suggérer les actions à mener sur les deux prochaines années.

"Par rapport au dispositif SAP, le Togo est classé aujourd’hui dans la deuxième catégorie.  On doit faire encore plus d’efforts pour arriver au top, c’est-à-dire la catégorie de ceux qui ont un plan opérationnel de leur SAP. C’est dans cette logique que s’inscrit cet atelier," justifie Salifou Daoudou, Directeur de la DSID, représentant du ministre de l’agriculture.

Depuis 2016, le Togo s’est engagé dans le processus à travers la Direction des Statistiques Agricoles, de l’Information et de la Documentation (DSID).

Lire aussi : Le CILSS s’engage à valoriser les produits forestiers non ligneux

Le pays entend rejoindre le groupe des Etats qui constituent la référence en matière du SAP à savoir Niger, Mali, Burkina-Faso et le Sénégal.  

Le conclave de Lomé réuni outre les experts du CILSS et de l’UEMOA, le ministère de l’agriculture et plusieurs organisations dont le FAO, GIZ, DSID, Direction de la météo, UNICEF, PAM, CRS, CTOP etc. Des recommandations sont attendues à la fin des travaux demain vendredi.

Votre avis