Le sorgho est climato-résistant

"A l’horizon 2050, la plupart de ces cultures seront affectées sauf le sorgho dont le rendement va s’améliorer de l’ordre de 9% si le changement climatique continue", révèle Dr. Teka Oscar, Maître de conférences en Climatologie appliquée à la Faculté des  Sciences Agronomiques  de l'Université d'Abomey Capacités  et des universités du CAMES.

Lire aussi : Comment réussir la culture du sorgho ?

"Le sorgho est une plante qui n’a pas besoin de beaucoup d’eau. Et, lorsque nous parlons de changement climatique, il y a accumulation de CO2 dans l’atmosphère. Plus il y a de CO2 dans l’atmosphère, le sorgho va récupérer et l’utiliser pour accroitre son rendement", explique –t-il.

Pour lui, l’agriculture climato-intelligente doit d’abord partir de ce que nous avons sur le plan autochtone.

"Le gros problème que nous avons actuellement, c’est que tout ce que nous avons comme culture ou élevage nous viennent de l’extérieur. Le maïs par exemple est une plante sauvage de l’Amérique Latine que les autres ont travaillé pour améliorer la qualité et nous autres, nous l’avions introduit de force chez nous", s’indigne Dr. Teka.

Lire aussi : Vous êtes dans les savanes, lancez-vous dans le Sorgho

Intervenant sur la thématique "impact de changement climatique sur la l’alimentation et la sécurité alimentaire" au 31ème congrès de l’Association Internationale des étudiants en Agronomie et en Sciences connexes (IAAS) qui s’est achevé dimanche à Cotonou, il a fait comprendre aux jeunes agronomes qu’il y a de ces cultures et d’animaux sur lesquels ils peuvent faire des recherches pour savoir les conditions dans lesquelles on peut les cultiver en situation de changement climatique.

"Vous avez par exemple l’igname sauvage qui pousse dans la brousse dont personne ne s’intéresse, pourtant ça pousse dans n’importe quelle condition", conseille-t-il.

Votre avis