Glyphosate pas interdit au Togo

"Au Togo, c’est le Glyphosate non homologué qui est interdit tout comme les autres pesticides non homologués. Si non, le Glyphosate homologué n’est pas interdit au Togo",  a-t-il confié à Agridigitale.

Un communiqué assez mal compris

Tout est parti d’un communiqué du ministère en charge de l’agriculture qui a été à priori mal compris ou interprété.  

"Dans le souci de préserver non seulement l’environnement, mais aussi la santé humaine et animale, il est formellement interdit aux agriculteurs d’importer et de commercialiser les pesticides non homologués, notamment le Glyphosate sur l’ensemble du territoire conformément à la loi numéro 96-007/ PR du 03 Juillet 1996 portant protection des végétaux", indiqué en substance le gouvernement.

Lire aussi : Glyphosate : et si l’interdire était encore plus risqué ?

Dans la zone portuaire togolaise où maraichers et producteurs utilisent à outrance cet herbicide, on ignore tout d’une quelconque interdiction.

"Je connais bien le Glyphosate. Dans mon champ, je l’utilise avant et après la semence. Mais, ça ne cause aucun problème sur le rendement à part sur les betteraves qui ne le supportent pas. Je n’ai pas encore appris son interdiction", confie un maraicher rencontré près de la raffinerie de Lomé.

Tout comme ce maraîcher, d’autres producteurs rencontrés ne sont informés de la polémique autour du produit et apprécient les vertus du glyphosate.

Par contre,  c’est la panique totale auprès des distributeurs.

Sur les cinq points de vente identifiés dans la zone portuaire, seul un a avoué qu’il distribue le Glyphosate.

"Il semble qu’il y a des chercheurs qui ont trouvé qu’il contient une certaine molécule qui ne serait pas bien pour la santé humaine. Donc le gouvernement cherche à le retirer", confie un distributeur.

Les autres distributeurs nous ont pris pour des agents contrôleurs ou enquêteurs aux fins de les dénoncer à l’Etat.

Ils ont simplement eu peur de se faire arrêter et ont déclaré qu’ils ne distribuent plus le produit depuis la sortie du communiqué gouvernemental.

Et pour vérifier cette peur de se faire arrêter, certains maraîchers ont été après envoyés sur les mêmes points de vente enquêtés et ces derniers sont revenus avec l’herbicide.

Une panique qui n’a sa raison d’être selon M. Tagba qui pense que les gens ont tout simplement mal compris le communiqué officiel.

Un sujet à polémique

Au plan mondial, ce produit du géant américain Mosanto, l’herbicide le plus utilisé au monde déchaine toutes les passions. D’un côté, ceux qui militent pour l’interdiction et d’autre, non.

Lire aussi : Glyphosate. 11 questions pour tout savoir sur le pesticide de Monsanto

"C’est vrai qu’il fait objet d’une polémique mais, il faudrait que la science puisse  clairement clarifier quel est le niveau de danger que cela peut présenter", commente Dr Kossi KPEMOUA de l’Institut Togolaise de la recherche agronomique (ITRA)

Il donne l’exemple de la France qui s’est donnée jusqu'à 3 ans pour comprendre le sujet avant de décider s'il faut ou non retirer ça.

"Donc, pour l'instant on l'utilise", assure-t-il avant de d’ajouter que "le "Togo intensifie les recherches sur l’herbicide à polémique et l’opinion sera bientôt située sur les résultats de ses recherches".

Le gouvernement togolais envisage également dans les prochains jours informer davantage l’opinion nationale sur l’épineuse question de l’utilisation du glyphosate dont le débat est loin de clore.

Pendant ce temps, les producteurs togolais peuvent continuer toujours par l’utiliser.

2 Contribution(s)

  1. Magnim Karouwe say:

    Bonsoir, pourrai-je entrer en contact avec Monsieur Atsou TAGBA, Directeur de la Protection Végétale (DPV)? Merci

    10/09/2018 14:19:54
  2. GOMASSI BRICE say:

    Est ce moi seul qui ne comprends pas..? N'est ce pas la une catastrophe..? Pourquoi donc ne pas interdire le GLYPHOSATE pendant plustot les 3 annees pour l'etudier..? C'est quoi ce manque manque de responssabilite..? Bon supposons que le produit n'est pas cancerogene, sinon l'interdisait de maniere provisoire ,qu'est ce qu'on perd..? Peut etre de l'argent... mais si c'est apres 3 ans peut etre qu'on a la confirmation de sa dangerositer le gouverment d'aujourd'hui aurai commi un crime contre l'humanites volontairement. Donc si apres 3 ans le produit est reconnu cancerogene par la France ,ce n'est pas grave on aura juste quelques miliards de personnes qui aurons developper le cancer d'ici là. Tout le monde trouve cela normal..? L'erreur d'interpretation du Ministre a la meilleurs decision au Monde pour ce 21 ème siecle, vouloir faire de l'argent pour tuer un grand nombre de population ne pourra jamais passe inapercue dans l'histoire.. Reflechir a faire une agricculture vivante est le choix qui s'impose, pas de jouer sur les mots pour tromper la vigilance du peuple. Qui va pouvoit tromper la mort..?

    05/09/2018 13:08:43

Votre avis