Produits forestiers non ligneux (crédit photo Agridigitale)

Thème de cette journée : "L’importance des produits forestiers non ligneux (PFNL) dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens d’existence des ménages vulnérables au sahel et en Afrique de l’ouest".

Le CILSS veut booster les capacités locales à assurer durablement la sécurité alimentaire et nutritionnelle, une réponse aux engagements de la sous-région en matière de conventions internationales sur l’environnement et la création de richesse.

La journée du CILSS à Lomé vise à mieux faire connaître les implications des PFNL sur la vulnérabilité des secteurs stratégiques et l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au sahel et en Afrique de l’ouest ; susciter auprès des Etats membres et des partenaires techniques et financiers (PTF) du CILSS un intérêt croissant à intégrer les solutions dites "émergentes" centrées sur la valorisation des PFNL dans leurs programmes nationaux, afin de renforcer la résilience des populations et assurer une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable au Sahel et en Afrique de l’ouest.

La 33ème journée du CILSS à Lomé entend également créer les conditions nécessaires pour susciter l’engagement des pays membres du CILSS et leurs PTFs pour des financements mondiaux (fonds vert climat, REDD) et nationaux des actions d’investissements agricoles, afin de renforcer la résilience et l’amélioration du bien-être des communautés plus vulnérables.

Que sait-on de l’engagement du CILSS au Togo ?

Au Togo, le CILSS met en œuvre des projets pour renforcer la résilience des populations en ce qui concerne la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

"Depuis son adhésion en 2012, le Togo bénéficie de l’accompagnement du CILSS pour éviter aux populations de vivre des cas extrêmes de famine", a confié lundi, Kpatcha Ewarou, Secrétaire permanent du CILSS au Togo à Agridigitale.

Il rappelle qu’au Togo, le comité a mis en œuvre beaucoup de projets dans plusieurs domaines pour outiller les cadres dans le domaine de l'agriculture, de l'hydrologie et de la météo avec pour finalité d'accroître la capacité des populations rurales à pourvoir juguler les périodes de famine.

Il s’agit notamment du projet de gestion durable des terres à Bombouaka (nord-Togo) qui consiste à mieux gérer les terres contre l'appauvrissement.

"Le CILSS en mettant en œuvre ce projet veut permettre aux populations rurales de cette localité de voir non seulement leurs terres retrouver leurs éléments nutritifs mais accroître également leurs productions et donc de lutter contre la pauvreté", indique M. Ewarou.

Ensuite, le CILSS a financé la construction des marchés de bétails à Cinkassé (nord-Togo) qui a permis d'améliorer les problèmes liés à la transhumance.                                 

"Le CILSS a joué le rôle de bras technique de l’UEMOA pour construire ces marchés à bétails et aujourd’hui si vous allez à Cinkassé, le problème de transhumance est beaucoup amélioré", témoigne le secrétaire permanent du CILSS au Togo.

La première journée du CILSS a eu lieu en 1986, soit, 33 ans, autour du thème "Unis dans l’effort, nous réussirons".

Votre avis