Les panélistes: Pierre Houssou(G), Prosper Soglo (C), Mohamadou Arikama (D)

Et le Bénin a véritablement compris l’enjeu en offrant une place prépondérante à l’épanouissement des institutions de microcrédit.

A l’ouverture mardi de la  12ème conférence annuelle de la microfinance du Bénin, Idrissou Wélé, représentant du ministre béninois en charge de la microfinance, s’est félicité de la contribution des IMF dans le financement des PME et de l’économie en générale.

"L’industrie de la microfinance au Bénin a su coloniser tous les quartiers et pénétrer tous les villages tout en transcendant les diverses catégories sociales", a-t-il lancé.

L’initiative prise par le Consortium Alafia en organisant cette conférence annuelle est d’apporter selon M.Wélé, sa contribution à la résolution de la problématique du développement des Pme au Bénin notamment à travers leur financement.

"En brisant les murs de la pauvreté, la microfinance permet aux populations capables d’avoir les moyens d’entreprendre des activités, de gagner des revenus et d’améliorer leur qualité de vie", a ajouté  Emmanuel Gahou, président du Conseil d’administration du Consortium Alafia.

Il reconnaît que "c’est une activité difficile à délaisser, parce que beaucoup seront mis de côté et il y aurait de sérieux remous sociaux difficiles à contenir".

"Il nous faudra bâtir un système financier dynamique, innovant et inclusif qui s’adresse à l’ensemble de la population suivant ses besoins. Un système qui permet aux professionnels, aux entrepreneurs et à la jeunesse de participer à la création de richesses tout en apprenant à épargner, un système qui protège et assure les actifs des épargnants", suggère Emmanuel Gahou.

Selon les statistiques de fin mars 2018, le nombre de clients actifs est de 2.234.356 avec un encours de crédit de 150,67 milliards de F Cfa et un encours de dépôt qui s’élève à 105,3 milliards de francs Cfa.

Pour les professionnels de la microfinance béninoise, ces chiffres témoignent à quel point la microfinance participent à la réduction de la pauvreté.

Pendant trois jours,  la conférence annuelle a permis de redynamiser le secteur au service du développement durable et des recommandations seront formulées pour aider le pays dans son processus  de lutte contre la pauvreté.

Les discussions ont notamment porté sur "La finance inclusive responsable et le développement des micro-entreprises".

L’évolution de l’inclusion financière, les approches de financement du capital social des entrepreneurs ; la prise en compte de la technologie dans l’offre de services ; partage d’expériences en termes d’approches, d’outils et de success stories en matière de financement des petites et moyennes entreprises (Pme) ont été les principaux sujets abordés.

Les travaux de la 12ème conférence annuelle de la microfinance prennent fin ce jeudi après-midi à Cotonou. Encore cinq communications sont au menu dont celle du jeune Togolais, Dona Etchri, promoteur de la plateforme E-agribusiness autour du thème : "Les solutions des start-ups pour améliorer le partenariat entre les acteurs du monde agricole".

De notre envoyé spécial à Cotonou, Etsri Anani.

Votre avis