Dans la plupart des localités, les manguiers sauvages abondent et la période Mars-Avril-Mai est pour les populations bénéficiaires, une bénédiction divine.

Les recettes pour financer la campagne

Koudjoukahalo Essozewou âgée de la trentaine habite à Atchangbadè à 13 km de Kara au nord Togo.

Elle ne dispose pas de plantation de manguiers et pourtant la voilà en route pour aller vendre les mangues au marché d’Atchangbadè les lundis.

Son secret, elle va ramasser les mangues dans la brousse, prend le temps de les trier, les met au propre et en fait le tas d’une bassine.

"Je le fait chaque année pour financer mes activités agricoles au cours de la campagne", a-t-elle confié à Agridigitale.

Pour cette année, elle s’est fixé la barre de 20 mille F.cfa comme profit à dégager pour le financement de la campagne.

Les mangues changent le statut du petit Esso

Le petit Esso âgé de moins de 15 ans à sagbadai dans la préfecture de Tchaoudjo n’a pas encore de charges.

Tout comme Koudjoukahalo, il rentre dans la brousse pour chercher les mangues. Son objectif, se faire de l’argent pour gérer le petit déjeuner à l’école et quelques tenues vestimentaires. Il ne traîne pas trop sur le prix de vente de sa marchandise et l’offre au premier venu.

Une alimentation améliorée en saison des mangues

La mangue contribue suffisamment à l’alimentation en période de cueillette. Accessible en milieu rural et moins coûteux dans les milieux urbains, elle permet aux populations d’adopter certaines habitudes alimentaires telles que le dessert et met les populations vulnérables à l’abri de la faim au cours de cette période.

Que deviendront-ils sans les mangues ?

Si les périodes de cueillette des mangues sont tant attendues par le monde rural surtout, il est aussi un moment où survient des événements malheureux à l’instar des morsures de serpents dans la brousse.

Aussi, une saison au cours de laquelle les mangues ne produiront pas aura un impact non négligeable sur le monde rural en général et le secteur agricole en particulier.

Koudjoukahalo (photo) ne pourra plus faire le champ, le petit Esso ne pourra plus subvenir à ses besoins et les populations vulnérables verront leur insécurité alimentaire renforcée au cours de cette période.

Votre avis