Marius E. BAGNY

A j-3 de cette importante messe, Marius E. BAGNY, Président du Comité d’Organisation de la JNI et Secrétaire Général du Comité de Suivi des Décisions de l’Assemblée Générale des Ingénieurs du Togo s'est confié ce mardi à agridigitale dans cet entretien exclusif.

"Cette première JNI devra permettre de convaincre tous les décideurs et acteurs, de la nécessité de créer un ordre national des ingénieurs au Togo, afin de règlementer l’exercice de la profession d’ingénieurs, mais surtout d’impulser un développement harmonieux et durable de notre pays", a-t-il indiqué.

AGRIDIGITALE.NET : Qu’est ce qui justifie la tenue d’une Journée Nationale de l’Ingénieur au Togo ?

Marius E. BAGNY : Bien évidemment, une Journée Nationale de l’Ingénieur est nécessaire pour permettre aux ingénieurs de se retrouver, de réfléchir à des problématiques relatives à l’ingénierie, de se mettre à niveau, de proposer des solutions pour l’amélioration de la qualité de vie des togolais en prenant en compte la protection de la vie humaine, la sécurité et le développement durable.

En fait, étant à la première édition d’un tel évènement au Togo, nous visons à inciter les ingénieurs à la création de richesse et à l’innovation, à promouvoir le métier d’ingénieur auprès des jeunes, à susciter chez les ingénieurs, l’esprit d’appartenance à un corps professionnel et enfin à valoriser les ingénieurs auprès des décideurs et du public.

Au final, cette première JNI devra permettre de convaincre tous les décideurs et acteurs, de la nécessité de créer un ordre national des ingénieurs au Togo, afin de règlementer l’exercice de la profession d’ingénieurs, mais surtout d’impulser un développement harmonieux et durable de notre pays.

Lorsque vous constatez qu’au Togo, il y a un manque chronique d’ouvriers et artisans qualifiés pour accomplir certaines tâches très importantes, c’est qu’il y a nécessité que les ingénieurs soient organisés, encadrés et qu’une institution aussi essentielle que l’ordre des ingénieurs existe pour peser sur la formation technique et professionnelle en proposant les meilleures orientations en adéquation avec les exigences des opérateurs économiques.

AGRIGITALE.NET : Parlant du secteur agricole, quel est vraiment son rôle ?

Marius E. BAGNY : L'ingénieur est une personne qui participe à la croissance et au développement, car lorsqu’il s’agit de résoudre des problèmes techniques et technologiques, d’étudier, de concevoir, de fabriquer, de construire, d'innover, d’optimiser et de préparer le monde de demain, c’est à lui (ou elle) qu’on fait appel.

Les ingénieurs exercent dans tous les domaines : industries, agroalimentaire, énergie, informatique, télécommunications, transports, construction, sécurité, agriculture, éducation, santé, finance, recherche et environnement. L’impact de l’ingénieur va du primaire jusqu’au tertiaire, en passant par l’industrie. Il est donc au cœur du développement.

Lire aussi : Kodom partage le rêve américain avec le Togo

Le développement de l’agriculture passant indubitablement par sa mécanisation mais surtout par la transformation industrielle des produits issus de l’agriculture, vous constatez que les ingénieurs des génies : mécanique, civil, hydraulique, électrique, informatique, télécommunications, sont alors indispensables au développement agricole.

AGRIDIGITALE : Vous insistez sur un ordre des ingénieurs, c’est quoi l’intérêt ?

Marius E. BAGNY : L’ingénieur ayant la responsabilité d’inventer, d’innover, de fabriquer et d’apporter des solutions à des problématiques de plus en plus complexes en intégrant une meilleure gestion des ressources, une amélioration de la qualité de vie et la protection de la vie des individus, l’exercice de cette profession nécessite un encadrement et une règlementation.

N’importe qui ne peut s’autoproclamer ingénieur et exercer le métier ou pratiquer les travaux de génie sans avoir les compétences avérées, acquises au cours d’un cursus dont les contours sont précis.

L’ordre des ingénieurs devra donc avoir pour mission de contrôler l’accès à l’exercice de la profession, en énonçant les conditions précises à remplir pour devenir ingénieur et le demeurer, de surveiller la pratique de ses membres et leur comportement professionnel conformément à un code de déontologie, de veiller à ce que seuls les membres agréés effectuent les actes propres aux ingénieurs.

L’ordre sera donc un plus aux initiatives des uns et des autres pour le développement et l’innovation au Togo. C’est donc un outil indispensable au service de l’Etat et du bien-être du public.

AGRIDIGITALE.NET : Alors, qui peut donc participer à cette JNI et comment ?

Marius E. BAGNY : Nous avons plusieurs activités. La cérémonie d’ouverture du vendredi 7 décembre à partir de 8h et la conférence-débat qui va suivre sont ouvertes aux invités : autorités, représentants d’institutions, opérateurs économiques, ingénieurs, représentants de la société civile, etc.

Les ateliers thématiques dans l’après-midi du vendredi sont réservés aux ingénieurs inscrits en ligne et à des invités spéciaux.

L’exposition des œuvres dont l’accès est libre et gratuit, est ouverte le samedi 8 décembre à partir de 8h aux opérateurs économiques, aux élèves et étudiants à la population de Lomé et de ses environs.

Enfin la soirée de gala du samedi soir est sur invitation, les cartes d’invitation étant disponible au comité d’organisation. Les opérateurs économiques qui désirent prendre part à la soirée de gala peuvent demander des cartes d’invitation.

Mots-clés :

Votre avis