C’est ce que pense le député Sud Soudanais, Garang Majak Bol Angok, cadre de la jeunesse du Mouvement Armée de Libération populaire du Soudan (SPLM) interrogé à Sichuan en Chine par Agridigitale en marge du troisième festival de la jeunesse Chine-Afrique.

"Nous les africains, nous devons être en mesure de nous nourrir de ce que nous cultivons", a-t-il confié.

L’agriculture du Sud Soudan a besoin d'investisseurs

Nous avons un bon pays dont les terres sont riches. A vrai dire, nous ne les exploitons pas encore. La plupart des terres sont non-utilisées. Nous envisageons utiliser notre terre pour pouvoir produire assez de nourritures et pour cela, nous avons besoin de la mécanisation, nous avons besoin des investisseurs capables d'investir dans l'agriculture. Si nous y parvenons, nous serons en mesure de nourrir tous les sud soudanais.

Pensez-vous que l'agriculture peut aider les pays Africains à se développer ?

Absolument, mais le chemin est encore très long. L'agriculture doit avoir une part importante dans le budget annuel. C'est par là même qu'il faut commencer.

Nous devons investir dans agriculture et  être capable d'utiliser les engrais, nous devons aussi faire des études, mener des recherches sur nos sols afin de déterminer les types de semences sont adaptées.

L’implication de la jeunesse, gage de sécurité alimentaire

La jeunesse, c’est la colonne vertébrale de la réussite de toute politique agricole. Ils ont l'énergie, ils ont la connaissance du 21e siècle. Nous devons les responsabiliser en les soutenant en termes de projets, d'opportunités, d'éducation et de protection.

Les leaders doivent rendre l'Afrique plus sécurisée, sans peur, sans intimidation, sans crainte d'insécurité. Ainsi donc, les jeunes peuvent se focaliser sur l'agriculture.

Donc je suis persuadé que si nous investissons dans la jeunesse  afin de les former sur le plan agricole, nous pouvons quitter le stade de simples cultivateurs pour devenir de grands commerçants en agriculture.

Et je pense que c'est de cette façon-là que nous pouvons mettre un terme à la famine, sortir de la pauvreté.

Nous les africains nous devons être en mesure de nous nourrir de ce que nous cultivons. C'est très important et sans la sécurité alimentaire nous ne pouvons pas y arriver.

Unité d’action

Je veux dire que l'Afrique doit s'unir. Nous devons travailler ensemble pour parvenir à l'autosuffisance alimentaire et donc être respecté sur le plan mondial.

D’abord les jeunes. Ils doivent s'unir, ils doivent s'entraider dans de différents domaines.  Ils doivent utiliser leurs énergies et s'investir dans l'agriculture. Ils doivent travailler dur.

C'est une question d'engagement et de dur labeur. Ils doivent  être patriotique, aimer leur pays et être fier de qui ils sont.

Ensuite les gouvernants africains. Ils doivent aussi travailler ensemble. Nous avons suffisamment de ressources mais les gouvernements doivent financer l'agriculture. Le budget annuel doit être le numéro  un.

Que diriez-vous aux investisseurs qui veulent financer l'agriculture en Afrique ?

Les donateurs tels que les Nations Unies et l'Union Africaine doivent s'impliquer et s'investir dans l'agriculture en Afrique. Il y a aussi le secteur privé qui doit aussi s'impliquer.  Ainsi donc, nous aurons la suffisance alimentaire, nous serons une manne nourricière pour l'Afrique toute entière et au monde entier.

Traduction française de l’interview réalisée en Anglais (version originale).

Votre avis