Le patron de l'ICAT ALE GONH-GOH Ayefouni et le chef canton de Djagblé

Lancé en février 2018 par le président, Faure Gnassingbé, le projet vise  à lutter contre la pauvreté et le chômage en milieu rural.

Pour permettre aux bénéficiaires de bien s’approprier de ses missions sur ce projet,  l’ICAT a échangé jeudi à Djagbé (10 km au nord-est de Lomé) avec les populations des localités touchées par le PDRD.

Il s’agit pour l’ICAT d’amener les bénéficiaires à travers l’information et la sensibilisation à prendre conscience et à adhérer à toutes les activités de cet ambitieux projet du gouvernement qui vise à transformer  leur vie.

"C’est un volet très important qui va faire qu’on va sentir les impacts du projet sur les populations de la plaine", précise ALE GONH-GOH Ayefouni, Directeur Général de l’ICAT.

La sensibilisation et l’organisation des producteurs bénéficiaires constituent le volet 4 du projet.

A cela s’ajoutent, la formation continue, l’appuie accompagnement à leur endroit, la sécurisation foncière, l’alphabétisation fonctionnelle, l’alimentation en eau potable, l’insalubrité, le crédit agricole, les modalités de gestion, entretien et maintenance des aménagements hydro agricoles, pistes et infrastructures diverses, l’utilisation des intrants.

"Il faut que les populations soient formées pour mieux gérer ces infrastructures qui vont être faites pour pouvoir rentabiliser l’activité agricole", souligne le patron de l’ICAT.

Le PDRD est co-financé par la Banque Arabe de Développement Economique en Afrique (BADEA) et la Banque Islamique de Développement (BID) à hauteur de 9,6 milliards de Fr CFA.

Mots-clés :

Votre avis