100 millions de dollars de financements attendus en 2019 (photo www.republicoftogo.com)

Toutefois s’indigne Hugues Goa, coordonnateur des opérations secteur public, chef division Agriculture et développement rural à la BIDC, "l’effectivité de la transformation agricole n’a pas suivi" dans les Etats de la communauté.

Pour recadrer ses actions par rapport à ses objectifs, la banque a alors décidé d’opter pour le financement des chaînes de valeur qui intègrent tous les acteurs et encouragent les initiatives pouvant lui baliser la voie (le MIFA au Togo) tout en appelant les producteurs et les autres acteurs à suivre la cadence.

"C’est en ce sens que les banquiers de développement se sentiront à l’aise", ajoute-t-il intervenant sur un panel jeudi lors du forum de haut niveau de Lomé.

Lire aussi : L’Afrique ne s’en sortira pas avec les financements des gouvernements

La BIDC est une banque de développement qui dispose de deux guichets : un guichet public destiné au financement des infrastructures de production, la mise en marché et le désenclavement.

Le second guichet réservé au secteur privé dispose de deux outils de financement ; l’un pour le financement direct des PME et l’autre accordant des lignes de crédit aux Très petites et moyennes entreprises (TPME).

A cela s'ajoutent les services d’assurance. Un financement de allant jusqu’à 100 millions de dollars est prévu par la banque pour l’année 2019.

Votre avis