Les populations des pays tels Burkina-Faso, Cap-Vert, Mali, Niger, Nigeria et Sénégal seront les plus affectées par cette crise alimentaire.

Cette situation alarmante n’a pas échappé aux chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO réunis mardi à Lomé pour la 53ème session ordinaire.

La conférence s’est d’abord préoccupée de la forte détérioration de la situation relative à la sécurité alimentaire dans certains Etats membres avec des baisses sensibles de production par rapport à la campagne agricole 2016/2017 observées.

Elle s’est ensuite félicitée des mesures de mobilisation urgente de la réserve régionale de sécurité alimentaire qui concrétise l’appel qu’elle a lancé lors du sommet extraordinaire du 14 avril à Lomé.  

La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement a appelé les Etats bénéficiaires à confirmer et honorer leur engagement de reconstitution du stock mobilisé, dans un souci de pérennisation de cet instrument régional de solidarité à l’égard des populations vulnérables.

Elle a également instruit la commission de la CEDEAO à prendre des mesures nécessaires pour la mise à disposition au plus tôt, des denrées alimentaires aux pays affectés.  

A lire aussi : Solidarité régionale en faveur des Etats touchés par la crise alimentaire

Sur le volet de la performance économique et la mise en œuvre des programmes d’intégration régionale, la conférence s’est félicitée des bonnes perspectives en matière de croissance économique de la région avec un taux de 3,2% en 2018 contre des réalisations de 2,3% et 0,2% en 2017 et 2016 respectivement.

Cette évolution positive est due, entre autres, à la remontée des cours mondiaux des matières premières, en particulier le pétrole, les minerais (or, bauxite, fer), le cacao, le coton ainsi que les réformes économiques et les investissements dans le domaine des infrastructures.
Crédit photo: www.republicoftogo.com

1 Contribution(s)

  1. Bangoura aminata say:

    Bonne chance à vous pour les années à venir

    02/08/2018 08:16:26

Votre avis