L'agriculture à l'heure de la transformation

Le PAEIJ-SP a pour ambition de renforcer l'employabilité des jeunes, de faire la promotion d'une agriculture commerciale et contractuelle et de faciliter l'accès aux crédits.

Lire aussi : Voici les artisans de la renaissance de l’agriculture togolaise

"Un projet de cette nature qui vient à peine de commencer et qui enregistre ces résultats, la BAD ne peut qu’être fière et s’apprêter pour de nouvelles initiatives dans ce sens en soutien éternellement au gouvernement et à la population Togolaise", souligne Georges Bohoussou, Représentant résident de la BAD au Togo.

Lire aussi : Employabilité du secteur agricole : l’Europe et l’Afrique en souffrent autrement

Lancé pour durer  5ans (2016 à 2020), l’objectif initial était la création de 20 000 emplois à la fin du projet. 

"Mais, à mi-parcours 35 000 ont été déjà créés dont 14 000 emplois directs", indique Kossivi Agbo, Coordonnateur du PAEIJ-SP. A ce jour ajoute –t-il, "16 chaînes de valeur ont été mises en place, 1340 groupements agricoles ont été accompagnés et 494 financés".

Lire aussi : Développer des initiatives agro-industrielles grâce aux agropoles

Production, achat, traitement, vente de produits agricoles biologiques, notamment soja, maïs, manioc et leurs dérivées sont les domaines pris en compte par le projet. Aujourd’hui, la banque africaine de développement (BAD) est très fière de cette initiative.

"Il faut que nous transformons l'agriculture qui doit transformer les zones rurales d’extrême pauvreté en des zones  prospères. Le PAEIJ-SP pour nous, répond à ces critères tels que fixés par le président de l’institution Akinwuimi Adesina",  martèle  M. Bohoussou.

Lire aussi : Transformer radicalement l’agriculture par la technologie

L'objectif du PAEIJ-SP est de  contribuer à la réduction de la pauvreté par la création des emplois décents et durables pour les jeunes.

Votre avis