Aloès, une plante à usage cosmétique

"Les gens disposent des richesses sans qu’ils ne s’en rendent compte et ceci parce qu’ils n’en sont pas informés. Ailleurs, il y en a qui en sont au courant mais ne savent comment l’exploiter ; et pour ceux qui en savent et en exploitent, ils ne savent où vendre leurs produits", affirme Eric.

C’est le cumul de toutes ces carences qui selon lui freine encore le développement du domaine.

"Il faut faire connaître aux togolais et aux autres acteurs, le rôle des plantes, leurs valeurs, leur conservation et cela est possible à travers l’organisation des événements tels que les foires, les salons", propose-t-il.

Au Togo et en Afrique, Eric s’engage à promouvoir la culture pour le développement d’une chaîne de valeur aboutissant aux produits cosmétiques.

Eric Amétsipé

Initiateur du salon Vallée des Métiers de Beauté (VMB) dont la 1ère édition s’est déroulée le 10 mars dernier,  Eric entend réunir tout ce qu’il faut pour le développement des produits cosmétiques "made in Africa".

L’initiative regroupe les chercheurs universitaires pour identifier et recenser les vertus cosmétiques des plantes, des salons pour valoriser les produits issus de la recherche, des instituts pour former aux métiers de beauté et la consommation du produit issu du continent. Tout une chaîne de valeur autour des plantes.

Il appelle les Etats à accompagner le projet en jouant leur partition telle la recherche et la création des centres de formation, le vote des lois, bref tout ce qui relève de leurs compétences et juridictions pour mieux faire connaître l’utilité des plantes dans le domaine de la cosmétique jusqu’alors encore moins connue.

1 Contribution(s)

  1. -EKPAI Essossolam say:

    Salut. Je suis Étudiant mais je veux suivre une formation en Élevage de Volaille. Merci

    24/10/2018 11:23:00

Votre avis