Jean-Paul BAGLO, ingénieur togolais formé à Dakar

Même si elle est réalisée comme l’exige certains bailleurs de fonds dont la Banque mondiale(BM), Jean-Paul note que dans l’exécution, ce volet est le plus souvent bâclé.

Les premiers mis en cause sont bien souvent les chefs quartiers ou villages, représentants des premiers bénéficiaires qui acceptent certaines faveurs et ferment les yeux sur beaucoup de choses.  

"C’est une discipline qui exige à assurer avant tout la sécurité des populations en amont et en aval  de tous travaux de construction. Cela suppose qu’il faudra faire preuve de rigueur pour qu’après les travaux, les bénéficiaires ne soient pas exposés à de graves problèmes comme les inondations", explique l’ingénieur en Environnement et Gestion Urbaine à agridigitale.

Géographe, sociologue n’est pas un environnementaliste

De retour au Togo en 2011 après sa formation d’ingénieur à Dakar, Jean-Paul a fait ses premières armes à l'Agence nationale de la gestion de l'environnement (ANGE), au ministère en charge de l’Environnement.

Dans la pratique du terrain, il a noté un amalgame entre la fonction de géographe, sociologue et d’environnementaliste.

"Certes, ils sont des diplômés formés pour la sociologie, la géographie et d’autres disciplines connexes de l’environnement. Même si on n'a besoin d'eux pour certaines études environnementales, cela ne fait pas pour autant d'eux, des environnementalistes à moins que ces diplômés fassent d’autres études supplémentaires", explique l’ingénieur.  

Il suggère ainsi que dans l’attribution des tâches que chacun puisse bien jouer sa partition pour garantir la robustesse et la durabilité des infrastructures construites à coup de milliards par l’Etat.

L’Environnementaliste du début à la fin !

"Avant que les travaux ne commencent , il y a une étude préalable qui se fait pour essayer de voir les impacts que le projet pourrait avoir sur les riverains, notamment la destruction des biens publics et privés. L'environnementaliste essaye de voir dans quelle mesure il peut du moins atténuer ces impacts, diminuer les risques que ces projets peuvent avoir sur la population", détaille-t-il.

Jean-Paul explique que pour les grands travaux d’envergures, l’étude d’impact environnemental est un impératif pour évaluer les conséquences sur l’environnement.

"Il faut nécessairement éviter les dégâts, les réduire, mettre la population en sécurité, faire en sorte qu’il y ait zéro accident de travail et c’est à l’environnementaliste de mettre des moyens pour pouvoir sécuriser non seulement ceux qui travaillent mais aussi les bénéficiaires du projet et après faire le suivi", ajoute –t-il.

Le permis de construire est indispensable

Il rappelle qu’on est pas obligé de détruire ou de casser les biens publics en cas de travaux de construction lorsqu’il y a un schéma urbain.

Le schéma urbain défini comment la ville doit être construite, les endroits où il n’est pas permis de construite sont bien expliqués aux populations pour éviter les risques de démolitions.

Pour lui, il faut rendre disponible et accessible des permis de construire, ne pas attendre que les gens achètent un terrain avant qu'on ne leur dise c'est un domaine de l’État.

Il invite les populations à s’organiser à leur tour dans les quartiers pour bien prendre en charge les biens publics en évitant surtout, de jeter les eaux usées et ordures dans les caniveaux.

"Tout part d'abord de la sensibilisation. Si la population n'est pas sensibilisée elle ne comprendra pas les enjeux, les expliquer pourquoi ils ne doivent pas jeter les ordures ni les eaux usées un peu partout", suggère –t-il.

Le seul rêve de Jean-Paul aujourd’hui, c’est qu’il est prêt à mettre tout son bagage et savoir-faire à la disposition de l’Etat Togolais.

1 Contribution(s)

  1. Sanussi sroudy say:

    Je salue l'intervention de Mme. Baglo pour sa volonté de voir un environnement bien géré pour un développement durable. Toutefois, je voudrais ajouter que ses propos au sujet de l'institution en charge des évaluations environnementales au Togo en ce qui concerne ses cadres montrent qu'il n'est pas allé au bout de sa collecte d'informations sur ces cadres. Je reviendrai sur ces points en détail si vous le voulez.Merci pour l'information de la population. Nécessité de bien vérifier les informations avant leur publication.

    23/01/2019 21:06:00

Votre avis