En route pour atteindre le rendement de 200.000t de coton d'ici 2022

Bénéficiant de l’appui de l’agence brésilienne de coopérative (ABC), le Togo grâce au projet (Cotton4+Togo) a revu ses ambitions à la hausse, espérant d’ici 2022, une production annuelle de 200 mille tonnes contre 118 mille actuellement.

Plusieurs initiatives se sont multipliées dans le cadre dudit projet et les premiers tests réalisés par l’Institut togolais de recherche agronomique (ITRA) ont été concluants.  

Pour informer les producteurs et techniciens de la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) sur les bonnes pratiques agricoles du coton pour atteindre les objectifs fixés par la filière, des essais viennent d’avoir lieu à Dapaong (nord-Togo).

L’ITRA à travers le Centre de recherche agronomique de la savane humide a outillé les participants sur les techniques de production pour accroître le rendement à l’hectare.

Il a été question de mettre en place plusieurs plantes de couvertures pour améliorer la structure du sol, de casser la croûte et permettre aux racines de la plante de pénétrer facilement.

Les plantes de couvertures renforcent le taux de manière organique dans le sol qui selon les spécialistes sont aujourd’hui inférieur à 1% tout en restaurant complètement le sol.

Lire aussi : Mucuna, ce trésor caché aux producteurs agricoles

Mucuna joue aussi le rôle de couvert végétal

"Le semis sous couvert végétal offre un meilleur rendement", précisent les chercheurs de la savane humide. Les cotonculteurs ont à leur tour apprécié les résultats et optent pour la technologie de sorte à porter à la hausse les rendements attendus du coton.

Le Togo tout comme les autres pays bénéficiaires ont obtenu l’appui financier du Brésil pour faire des essais sur le projet.

Le défi qu’entend relever l’initiative brésilienne est la réduction drastique de l’utilisation des pesticides et le recours à d’autres cultures à base de plantes de couverture pour fertiliser les sols, suivant les normes du marché international.

 

Votre avis