"Notre kit élimine les caprices de la pluie en complétant l'eau dans le sol suivant l'évolution des plants de soja", indique –t-il lundi regrettant que si au nord-Togo, les producteurs ne sèment pas le soja  en fin ou début juin, cela s’explique par les caprices de la pluie.

Il explique qu’au Togo, le producteur peut déjà semer à la fin mai et laisser évoluer les plants jusqu’en août martelant que "sa technologie consiste à semer un peu avant cette période et le kit apportera le manque d'eau avec précision et entrer en moment favorable pour les cultures peut avant la floraison

Ensuite, lorsque "ce soja est au stade laiteux et le moment où les autres producteurs veulent semer leur soja, le producteur qui utilise le kit de micro-irrigation ne fait que déplacer seulement le porte rampe du système d'irrigation pour que les lignes soient au milieu des plantes semées".

A la fin, le producteur peut faire la récolte une fois en début septembre et attendre en octobre ou début novembre pour faire une deuxième récolte.
 

"Cela est possible parce que notre système d'irrigation détecte la pluie et complète les réserves d'eau du sol en cas de pluie insuffisante", insiste-t-il.

Le paysan pourra alors obtenir 1,5 à 2tonne à l'hectare, soit en moyenne
4tonnes et plus dans une année pour les deux saisons.

Le kit est accessible aux producteurs aux prix de 2,5 millions F.cfa sur 1ha sans prise d'eau, c'est à dire le château et forage non compris.

Par contre, dans un bassin sédimentaire, le kit complet avec forage est évalué à  5,5 millions F.cfa sur 1ha.

Les producteurs trouvent leur compte. Les deux campagnes de soja étant pluviales, en saison sèche,  les producteurs peuvent faire du maraîchage. Selon les estimations, chaque producteur peut faire plus de 6 millions de chiffre d'affaires annuel.

1 Contribution(s)

  1. thierry KPONKOU say:

    bien

    18/06/2018 16:05:35

Votre avis