Les difficultés d’accès au foncier et sa mauvaise gestion constituent parmi tant d’autres, les causes de cette situation.

41% de terres cultivées morcelées en petites exploitations

Avec une superficie de 56.600 km2 dont 60% de terres sont arables, soit près de 3,6 millions d’hectares, le Togo se hisse parmi les pays d’Afrique occidentale bénéficiant de meilleures conditions foncières pour la production agricole (2% de terres cultivables en Mauritanie).

Malgré ce potentiel, seulement 1, 4 million soit 41% des terres arables sont cultivées. Cette portion de superficie mise en valeur n’est que la somme de petites exploitations très morcelées, inégalement réparties et influencées par des facteurs dont le genre.

Selon les données du dernier Recensement National Agricole (RNA 2013), la taille moyenne des ménages ayant de grandes superficies est de 3,56 hectares soit 4,35 hectares pour les ménages ayant des chefs de ménages hommes et 2,19 hectares pour les chefs de ménages femmes.

59% de terres arables toujours en jachère

Au même moment que les ménages se partagent des miettes de terres pour assurer leur survie à travers l’exploitation de leur part du gâteau, 2,2 millions de terres restent de nos jours inexploitées au Togo.

Une étude sur «l’accès à la terre au Togo» commanditée par l’Association Espace et vie ACTION-TOGO en Novembre 2015 a révélé des acquisitions de grandes superficies allant jusqu’à 7.000 hectares occasionnant une expropriation des terres agricoles aux petits exploitants de la localité.

Rachat des terres agricoles

L’Etat togolais n’a cessé de jouer au pompier dans la résolution de la gestion foncière, notamment l’accès aux terres agricoles. Selon plusieurs analystes, les mesures prises dans le cadre des projets tels que les zones d’aménagement agricole planifié (ZAAP) et autres ne sont que du saupoudrage et ne réduisent pas encore le 20e des superficies en jachère.

"Si plusieurs lois, décrets, fora et  comités n’ont pas amélioré la situation de manière significative, cela peut être assimilé à la mauvaise volonté du gouvernement", pensent ces analystes. Ils suggèrent d’ailleurs que l’Etat dans sa nouvelle dynamique de faire de l’agriculture le socle du développement, de racheter les terres agricoles aux propriétaires et les rétrocédées ensuite aux vrais exploitants.

"L’Etat doit devenir propriétaire de toutes les terres agricoles. Cette mesure provoquera un déclic qui va porter l’agriculture togolaise très loin", martèlent les experts.

Suite aux observations sur le terrain, il est possible que les terres en jachère diminuent en proportion mais tenez-vous bien, au profit des grands exploitants.

Votre avis