Plusieurs tests ont été réalisés, certains  avec succès, d’autres non, sur des semences égyptiennes à adopter par les paysans togolais pour plus de rendement.

Le blé dur et le blé tendre sont assez prometteurs selon le diplomate égyptien à Lomé, Mohamed Karim Shérif.

L’impératif de faire passer l’agriculture togolaise à une production à grande échelle fait aujourd’hui partie de ses priorités qu’il n’a pas manqué de réitérer vendredi, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de l’Egypte.

Il a insisté sur la culture du blé dur et du blé tendre au Togo dans le cadre du projet de la ferme agricole moderne égypto-togolaise d'Abatchang (Fameta) dans la préfecture de Tchaoudjo (nord-Togo).

Un projet financé grâce à l’Agence égyptienne de partenariat pour le développement (EAPD) dont le directeur Général, Dr Hazem Fahmy était déjà à Lomé en 2016.

"Ces cultures sont prévues sur 25 hectares. Elles prendront en compte en compte les facteurs agro économiques et de rentabilité", a fait savoir M. Shérif. 

Il explique que "le blé dur intervient dans la fabrication des biscuits, pâtes et autres alors que le blé tendre servira à faire du pain".

Les premiers résultats d’Abatchang

Fameta ou le projet de la ferme moderne d’Abatchang est co-piloté par le ministère togolais de l'agriculture et le ministère égyptien de l'agriculture et de la bonification des terres.

"Le projet a un lendemain prometteur. Quelques temps après son lancement en novembre 2017, les résultats obtenus sont encourageants", salue l’ambassadeur de l’Egypte au Togo, Mohamed Karim Sherif.

Déjà à la phase expérimentale, le blé dur et le blé tendre cultivés par les paysans ont permis d’obtenir un très bon rendement à l’hectare.

"Avec ce succès, le projet prendra prochainement en compte les filières maïs, riz, sorgho, soja et l'arachide", a-t-il annoncé.

Le Togo et l’Egypte sont liés depuis des années par une coopération solide dans divers domaines, notamment, agricole.

En photo archive Mohamed Karim Sherif (Ambassadeur d'Egypte à Lomé) et Komi Selom Klassou, premier ministre du Togo.

Votre avis