Dieudo a le goût du risque

Dieudo comme l’affectionnent ses proches a connu beaucoup trop d'échecs. Il expose aujourd’hui, dans ses livres et sur des tribunes, les grandes leçons apprises.

"Tout le monde a envie de savoir comment j’ai fait pour échouer sur plusieurs projets entrepreneurials car ces leçons servent à beaucoup d’autres à ne plus répéter les mêmes bêtises", lance –t-il.

Dieudo poursuit que c’est en capitalisant sur toutes ces mauvaises expériences qu’il a fondé le premier espace de coworking pour startup au Togo baptisé "Africa Coworkers".

Toute une philosophie

Cet espace situé à Djidjolé (banlieue de Lomé) est également le fruit d’un pari risqué à la suite de plusieurs années d’échecs sur de nombreux projets.

"Je pense qu’il faut vraiment encourager les startups à échouer car le  succès pour moi, c’est tomber 7 fois et se relever 8 fois", lâche –t-il.

L’espace de Coworking met à la disposition des jeunes tout ce qu’il faut pour éclore leurs talents.

"Vous avez accès à un espace de travail, des matériels, une connexion internet, des graphistes, des développeurs de sites web, des communicateurs, des experts pour le renforcement de vos capacités et des investisseurs pour vous accompagner sur votre projet", explique Dieudo.

"Contrairement aux autres incubateurs, nous ne faisons pas d’appel à projet. On laisse chacun venir avec son idée. La seule condition exigée pour rentrer chez nous, c’est d’avoir un esprit d’innovation et vouloir à tout prix réussir quelques soient les difficultés. Parce que pour nous, l’échec n’est pas une raison pour abandonner", poursuit-il.

Les deux principes d’Africa coworkers

Il y a le gratuit qui consiste pour le porteur de projet de profiter gratuitement des locaux et des matériels du groupe. Mais dans ce cas, il permet au centre d’investir dans le projet et jouir ensemble des fruits.

 

Le second principe consiste à payer avant de profiter des locaux et des matériels. Et à ce niveau, le groupe n’investit dans le projet que si le porteur exprime le désir.

A ce jour, 25 startups dont certains ont déjà remporté des prix ici au Togo, au Bénin et en Côte d’Ivoire sont incubées à l’espace de coworking. Ces startups développent plusieurs solutions dont celles relatives à la modernisation de l’agriculture au Togo et en Afrique.

"Je déconseille vivement aux jeunes startups de faire route seul. Je demande à tous ces jeunes de s’approcher de nous. Si on se met ensemble, il y a de fortes chances qu’on réussisse", lance-t-il.

Les prêts bancaires sont un piège

En 10 ans de parcours entrepreneurial, Dieudo est arrivé à comprendre que rien n’est sûr qu’un projet aille nécessairement jusqu’au bout.

Pour cela, il décourage les jeunes à s’aventurer vers les prêts bancaires et demandent à la même occasion aux investisseurs de suivre ces jeunes à travers des subventions.

"C’est dans ce sens que Africa coworkers ambitionne de regrouper 10.000 investisseurs capables d’investir chacun 10.000fr CFA par trimestre pour faire un levé de fonds de 100.000.000 de franc CFA afin de subventionner les projets des jeunes", a-t-il dévoilé.

Cette grande famille de startups basée sur le partage, la collaboration et l’innovation est aujourd’hui ouvert à tout porteur de projet ou des entrepreneurs qui n’ont pas de moyens de s’installer.

Dieudo a une seule certitude : "Quand tu te bas, tu réussiras obligatoirement, à un moment ou à un autre. Il n’y a d’autres options possibles". 

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Robert Holognon say:

    L avenir du continent africain se trouve dans l agropastoral qui l a compris pourra sortir son épingle du jeu.

    04/10/2018 06:05:38

Votre avis