"J’arrive à gérer toutes mes entreprises parce que j’ai appris à déléguer, à faire confiance à ceux qui travaillent avec moi. Cela m’a été appris par le grand Gervais DJONDO. Il faut dire que c’est mon exemple vivant ce Monsieur", lance-t-il lundi lors d’un entretien.

Pour lui, le "Togo a besoin de grandes personnes qui osent et qui risquent"

Partageant sa vie entre l’Italie et le Togo, Paul Kpelly, jeune entrepreneur, actionnaire dans une boulangerie de la place, fondateur du mini-centre commercial, "Kpelly Center" en plein cœur du quartier des affaires de Lomé, il veut enfin revenir s’installer au Togo pour confie-t-il "affirmer ses différents projets".

Dans sa mini tour où l’équipe du journal l’a rencontré à Lomé, Elom Paul Kpelly expose les maquettes de ses futures entreprises, notamment, l’usine de production de tôles Galva ou de Super Assime (grand centre commercial ultra-moderne de produits locaux) dont les études de faisabilités sont presque à termes.

Il est l’invité lundi du journal Agridigitale.

Parcours académique

J’ai quitté Lomé en classe de seconde (Lycée du 2 Février) et j’ai poursuivi ma formation en Italie en Economie Industrielle ou j’ai décroché mon baccalauréat. L’université de Milan m’a accueilli en faculté de droit dont je suis en année de maitrise actuellement.

J’ai travaillé à l’intérieur de la cathédrale de Rome comme vendeur d’objets pieux. J’ai eu l’opportunité de travailler quelques temps avec la célèbre maison ZARA à Milan. En 2015, j’ai décroché un emploi à FERRARI comme CAR EXPLAIN pour le modèle FERRARI 4-88-GTB.

APPLE STORE de Milan m’a employé par la suite comme spécialiste dans les produits phares d’APPLE et comme gestionnaire de la clientèle.

Début de l’entrepreneuriat

Mon parcours universitaire et les difficultés rencontrés m’ont ouverts les yeux sur l’importance de gérer mes propres affaires. J’ai compris très tôt après avoir travaillé dans les sociétés susmentionnées que j’avais une folle envie d’entreprendre et d’avoir mes propres affaires.

J’ai donc créé ma première société TK22 qui faisait dans le STREAT WEAR (Vêtements) en 2016. C’était le début de mon aventure entrepreneuriale.

Les entreprises au Togo et les résultats

J’ai monté deux sociétés qui sont des SARLU KPELLY CENTER (Décembre 2017)  et LE PAOLO KPELLY SHOW ROOM (qui verra le jour en 2019). Je suis actionnaire à 50% dans MADRE ABLEVI SARL une boulangerie de la place.

Nos structures ont permis à 20 personnes de trouver un emploi et donc arriver à s’occuper de leurs besoins. Chez nous, le personnel est traité comme des associés.

Valeur ajoutée

KPELLY CENTER d’abord permet aux populations clients du centre de gagner en temps en bénéficiant des divers services au même endroit et au même moment. Cela réduit les déplacements divers. Ce centre permet aux employés d’acquérir de nouvelles expériences de gestions et de prestations de services en des temps record.

Inspiré par Gervais Koffi Djondo

Djondo pour moi c’est un culte. C’est une personnalité qui anticipe sur tout et avec de fortes convictions de réussite. Comment en tant qu’entrepreneur ne pas adopter un tel charisme ? Je ne sais pas si déjà il y a un livre qui retrace le parcours de ce grand homme, sinon je fais appel aux journalistes de s’activer.

J’arrive à gérer toutes mes entreprises parce que j’ai appris à déléguer, à faire confiance à ceux qui travaillent avec moi. Cela m’a été appris par le grand Gervais DJONDO responsable d’ASKY et de la banque panafricaine ECOBANK.  Il faut dire que c’est mon exemple vivant ce Monsieur.

Rêve du plus grand centre commercial

Oui, le rêve était de créer un grand centre commercial mais les fonds nécessaires n’y étaient pas. J’ai donc mis de côté de l’argent issus de mes travaux diverses à l’étranger et investir dans la création d’un centre dénommé KPELLY CENTER à DEKON.

J’estime que l’ambition de grand centre viendra de ce mini centre commercial installé en fin d’année 2017.

KPELLY CENTER fait du pressing ; LAVAGE AU KILO (nous pesons les vêtements que nos clients nous envoient afin de fixer le prix convenu selon le kilo).

Nous disposons d’un salon de beauté homme et femme et bientôt un café restaurant à l’étage de l’immeuble.

Du mini centre au SUPER ASSIME

Nous sommes en train de travailler sur ce projet. Un collectif que je dirige travaille sur l’idée. L’innovation, c’est de rendre nos produits locaux attrayants. Ce que nous consommons doit être mieux entretenu, catalogués dans un supermarché SUPER ASSIME (selon le projet). Je rappelle que les produits vont demeurer bio mais beaucoup plus entretenus et soignés. Chaque produit aura une traçabilité. Nous serons en mesure de faire ressortir au client, l’agriculteur qui a produit l’igname emballé par exemple. L’idée aussi c’est de bien sectionné chaque produit selon les régions et gouts de consommation.

Production de tôles en zone franche

Ce projet consiste à implanter d’ici fin 2019 une unité  production de tôles GALVA, tôles ondulées et des produits s’y afférant en zone franche et aussi de l’importation de tôles GALAVA PLAFONNEES qui est une vraie nouveauté dans toute l’Afrique de l’ouest.

Connaissant l’utilité des produits précités, ce projet va desservir la population d’une part et d’autre part en terme économique leur coût réduit (selon nos prévisions)  permettra aux différents clients de bénéficier d’une bonne marge.

Climat des affaires au Togo

Actuellement le climat des affaires au Togo est assez difficile au vu de tout ce que nous savons. Il faut investir  dans le présent mais aussi dans le futur.

Ce pays qui entre temps était la Suisse d’Afrique et donc, j’ai la certitude qu’il le sera à nouveau et a besoin de grandes personnes qui osent et qui risquent.

Je crois qu’avec tous les efforts du gouvernement pour rendre fluide les procédures (CFE, guichet unique à la chambre du commerce et d’industrie du Togo CCIT) pour ne citer que ceux-là, les choses vont s’améliorer,  et aussi aux efforts faits en matière d’infrastructures.

De bonnes routes rendent plus fluides la circulation et permettent au circuit commercial d’aller vite.

Je crois avoir investi assez à mon âge. Je m’investis moi-même vu que je prépare mon retour définitif au pays en vue d’affirmer mes différents projets.

Votre avis