Selon Docteur Kinam Kombiagou, coordinatrice du projet de lutte contre le charbon bactéridien, sur 25 prélèvements effectués dans la région de la Kara, 19 se sont révélés être des champs maudits. Le caractère endémique du charbon bactéridien au Nord-Togo dans les régions de la Kara et des Savanes n’a cessé de s’accentuer aux cours de ces dernières années.

Les champs maudits qui sont définis comme des endroits où survivent les spores du mal pour une durée de plus de 100 ans se pullulent dans les deux régions surtout celle de la Kara qui en comptait moins (3).

Changement de comportement

Le charbon bactéridien affecte aussi bien les animaux que les hommes. Grâce au projet, la sensibilisation lancée porte sur un changement de comportement. L’équipe de sensibilisation a mis le cap lundi sur le village de Kalanga (région de la Kara) où les populations ont été exhortées à changer de comportement face au risque lié à la maladie.

Le message clé porte notamment sur la vaccination des animaux, la mise à l’écart des champs maudits identifiés, l’inspection des viandes avant leur consommation et l’appel des services vétérinaires de proximité en cas de présentation de signes douteux de tout animal.

Que doit-on savoir sur le charbon bactéridien 

Surnommé «Nato» dans plusieurs localités au Nord-Togo où il sévit, le charbon bactéridien est une maladie infectieuse des mammifères aussi domestiques que sauvages et se transmet aussi à l’homme. Les animaux la contactent en broutant de l’herbe au ras du sol des champs maudits et les hommes par les voies respiratoires, digestives et cutanées.

La maladie se manifeste par un écoulement anal et nasal de sang noir non coagulable et un ventre ballonné pouvant à une mort subite de l’animal. Chez les hommes, on observe des boutons cutanés avec des plaies noires, le rhume et l’atteinte des poumons et du sang noir dans les selles pouvant amener l’amener à en succomber.

Mots-clés :

Votre avis