On ne peut pas concevoir l'agriculture sans les arbres (photo @Cirad)

Pour ce conclave qui se tient tous les 5 ans et qu’abrite pour la première fois l’Europe ; chercheurs, agriculteurs, scientifiques, décideurs politiques et économiques d'une centaine de pays interpellent la conscience collective sur la nécessité de planter des arbres pour non seulement protéger la biodiversité en déclin mais aussi, sauver des rendements agricoles.

"L'agroforesterie, c'est l'arbre d'abord et l'arbre est au cœur des systèmes agricoles", lance Michel Eddi, PDG du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).

Lire aussi : Si chaque paysan plantait un arbre 

Christian Dupraz, président de l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et des comités scientifiques a reconnu que "l'agroforesterie étend ses racines en France et dans le monde".

Selon l'association française d'agroforesterie (AFAF), "les arbres structurent des habitats semi-naturels, qui abritent une faune et une flore diversifiées indispensables à l'agriculture" et favorisent la pollinisation et la lutte contre les insectes ravageurs".

María-Helena Semedo lors de son intervention (@cirad)

"On ne conçoit pas l'agriculture sans les arbres, ils nous fournissent bois et fourrage pour le bétail", analyse Seydou Kaboré, gérant de la ferme agroforestière Guié au Burkina Faso.

Le ministre de l’économie forestière de la RD Congo, Rosalie Matondo a relevé que son pays a "besoin d’un modèle d’agroforesterie climato-intelligent où les arbres sont combinés avec l’agriculture et le bétail".

Lire aussi : 10 fermes agroecologiques dans la centrale

Cet alliage a-t-elle signifié "permettra de soulager la pauvreté et de protéger l’écosystème".

Ce 20 mai faut-il le rappeler, est célébré la journée mondiale des abeilles. La directrice adjointe de la FAO, María-Helena Semedo a noté que "l'agroforesterie favorise la biodiversité et les pollinisateurs"
Pendant trois jours, le congrès sera l’occasion pour les participants de partager leurs expériences et des résolutions fermes sont attendues pour une meilleure prise en compte de la biodiversité dans les pratiques culturales.

Lire aussi : Reconnaissance mondiale aux abeilles ce 20 mai

Une "union internationale de l’agroforesterie" sera également mise en place dans le but de ventiler les meilleures pratiques agricoles qui tiennent compte de la protection de la biodiversité partout dans le monde.

2 Contribution(s)

  1. Woka kosi hotowosi say:

    Nous cherchons des partenaires qui peuvent nous aider pour le verdissement et la reforestation avec notre collectivité territoriale dont je suis le chef de quartier ceci nous permettra de planter par an plus de 55000000 de arbres par an avec des écoles pour les pépinièresalariés et les parents pour la plantation en moyenne 455000000

    21/05/2019 14:00:54
  2. Evelyne Nikoue say:

    je travaille sur un projet d éducation des élèves en matière de biodiversité et cantines scolaires automatisées par des potagers . besoin de partenaires pour développer se programme dans tout le pays. merci

    21/05/2019 06:40:22

Votre avis