Akinwumi Adesina (BAD) et Kofi Annan (crédit photoTunivisions.net)

Outre son engagement pour la paix dans le monde, Kofi a toujours soutenu que l’agriculture reste la solution pour l’éradication de la faim et la pauvreté en Afrique.

"Il a été démontré que l’agriculture s’avère jusqu’à onze fois plus efficace en matière de réduction de la pauvreté que la croissance dans n’importe quel autre secteur. Si nous voulons éradiquer la pauvreté et la famine en Afrique d’ici à 2030, l’agriculture devrait être au cœur de la stratégie", avait-il écrit en octobre 2017 dans une tribune sur les OMD  (Objectifs du Millénaire pour le Développement).

"L’agriculture et les petits exploitants agricoles africains sont trop souvent oubliés. C’est ainsi que l’Afrique, en dépit du travail assidu de ses agriculteurs, ne se développe pas suffisamment pour nourrir sa population. Un quart de la population africaine est sous-alimentée, ce qui constitue un obstacle majeur pour une meilleure santé et pour le développement. En outre, il y a un coût économique direct, avec 35 milliards de dollars (30 milliards d’euros) dépensés chaque année dans l’importation des produits alimentaires; une estimation qui est susceptible de tripler d’ici à 2025, à moins que l’Afrique relève son rendement agricole", avait relevé l’inspirateur de l’alliance pour une révolution verte en Afrique (AGRA).

Une passion contagieuse pour l’éradication de la pauvreté

"De bien des manières, Koffi Annan incarnait les Nations Unies. Il est sorti des rangs pour diriger l’organisation vers le nouveau millénaire avec dignité et détermination sans égale", a laissé entendre l’actuel secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi A. Adesina a témoigné que "Kofi avait une passion contagieuse pour l’éradication de la faim et de la pauvreté".

"L’Afrique a perdu un de ses plus beaux joyaux", a-t-il lâché.

Pendant que toute l’Afrique pleure un de ses vaillants fils, c’est l’occasion pour les dirigeants de prendre en compte les propos visionnaires et prophétiques laissés par cet homme qui pense qu’on peut bâtir une Afrique sans pauvreté.

Mots-clés :

Votre avis