Le kit de micro-irrigation automatisée équipé de capteurs permet entre autres de suivre la plante du semis à la récolte, de contrôler les paramètres des productions dans les serres autonomes.

Primé à deux reprises, l’organisation internationale de la francophonie (OIF) vient d’apporter à travers un crowfunding, un important appui financier de 115.141 euros, soit l’équivalent de 75 millions FCFA pour la vulgarisation de cette nouvelle technologie d’irrigation intelligente dans la sous-région.

Plus de 2000 hectares de terres irriguées servant de démonstration de la technologie seront implantées dans sept (7) pays de la sous-région. Il s’agit du  Togo, Bénin, Burkina Faso, Niger, Sénégal, Mali et la Côte d'Ivoire. "A la suite de la démonstration, des milliers d'hectares du monde rural seront irrigués par cette même technologie", confie le jeune Benane.

Dans cet entretien exclusif à agridigitale.net,  l’ingénieur des travaux agricoles ne cache pas son ambition d’installer un peu partout au Togo et dans tout l’espace francophone, les parcelles de démonstration et l'ouverture prochaine d'un centre de recherche pour la production industrielle du kit.

Il dit défier les juifs sur ce terrain d'irrigation qui est reste leur chasse gardée. "Mon dispositif vient corriger les défaillances de leur système", lance -t-il avec fierté ajoutant que "ce sont des milliards de données collectées chaque seconde pour servir à la recherche".  

C’est quoi exactement la micro-irrigation automatisée ?

La micro-irrigation automatisée est un concept que j’ai mis au point après avoir constaté les lacunes et défaillances du goute à goute qui dès fois n’arrive pas à satisfaire les besoins en eau de la plante pour la simple raison que les fréquences des gouttes d’eau ne varient pas suivant la demande climatique.  Des fois les goutteurs se bouchent. 

Avec la micro-irrigation automatisée, plus question de goutteurs donc de pores bouchés, l’eau est apportée au besoin de la plante suivant les saisons. Donc, plus la demande climatique en eau est forte, plus vite les vannes s’ouvrent pour apporter de l’eau et le paysan n’a pas besoin d’être au champs pour le suivi. Le processus est autonome.

Le kit coûte 2.500.000 et cette offre n’est valable que pour le Togo. Pour les clients en dehors du Togo, les prix sont légèrement différents et on peut avoir ces Kits au Bénin, Niger  et en Côte d’ivoire. Il faut préciser qu’une source d’eau est indispensable pour l’irrigation. Des fois pour de grandes superficies, il faut quantifier la source et voir ses fluctuations durant l’année pour voir si cette source peut couvrir les besoins en eau pour l’irrigation.

Nous avons dédiés un kit spécialement pour le milieu rural comprenant forage et kit de micro-irrigation à 5.500. 000 CFA/ hectare, offre valable que pour le Togo. Le Kit a une durée de vie est 5ans.  A  l’achat, le paysan bénéficie d’un an de garanti sur le serveur, profite du logiciel pilote d’irrigation et les études d’avant installation sont gratuites.

Décrivez le mode de fonctionnement du kit ?

Le kit est composé de tube d’irrigation perforé qui laisse écouler l’eau sur une portion de sol aux horizons racinaires de la plante jusqu’à remplir les mésopores du sol et ferme la vanne de sectionnement de manière automatique.

Il ouvre cette vanne plus tard une fois les mésopores sont vides. Le processus reste continuel de la sorte et pourvoi aux besoins en eau de la plante jusqu’à récolte. Peu importe la saison et la demande climatique, la plante ne souffrira jamais d’eau et le paysan n’a plus besoin de main d’œuvre ou problème de pores bouchés comme c’est souvent le cas avec le goutte à goutte.

 Qu’est-ce qui différencie votre technologie du goute à goute ?

Avec notre kit, la main d’œuvre est supprimée.  Le paysan bénéficie de l’analyse des sols et tous les critères édaphiques sont pris en compte par le serveur avant d’apporter l’eau sur la plante. C’est l’irrigation intelligente, minutieuse et automatisée.

La technologie est déjà primée par deux fois et présente dans 7 pays. Nous sommes en train de former les techniciens dans la sous-région. Lorsque vous achetez le kit, il y a déjà un technicien dans votre milieu qui viendra faire l’analyse du sol et installé tout le dispositif. Votre problème, c’est d’allumer, planter et voyager et revenir voir la récolte.

L’agriculture intelligente est une réalité. Le champ s’arrose seul et vous n’aviez besoin de personnes sur votre parcelle. A la différence du goutte à goutte, notre kit est équipé des capteurs, des sondeurs qui détectent les optimums et qui satisfaits le besoin, la variation de l’amplitude thermique de la plante.

La serre même peut être climatisée, le capteur d’échange cationique en fonction de ses interactions avec le sol, vide le complexe argilo humide et devient une information transmise aux servers qui ferment le conduit de l’eau et ouvre le conduit de l’engrais liquide. L’agriculteur n’a plus besoin de rentrer dans sa serre, il est là et suit seulement le rendement.

 L'agriculture africaine reste tributaire de la pluviométrie. Que faire selon-vous ?

Nous avons quitté l’approche top down, cela n’a pas duré et comme résultat, c’est des dettes et des technologies imposées qui n’ont pas marché. Il est donc temps de se tourner vers l’intérieur, l’exploitation du potentiel interne agricole de chaque milieu donc approche potentiel- milieu.

En cela, les gouvernants doivent prendre conscience que seuls les acteurs concernés donc les agriculteurs doivent décider de leur devenir et de ce qui les convient d’où les décisions en matière de développement ne doivent plus partir des bureaux mais plutôt venir des champs.

Vos futurs projets ?

J’ambitionne ouvrir un grand centre de recherche et innovation en termes d’automatisme et système embarqué en Agriculture au Togo.

Nous pilotons actuellement un projet sous régional dénommé : "Une nouvelle technologie d’irrigation automatisée pour créer des emplois et augmenter les revenus des agriculteurs" dont l’objectif est de former en cette technologie  et aider à installer 2100 techniciens dans la sous régions dont 300 au Togo.

Le projet grâce à l’appui de l’organisation internationale de la francophonie (OIF) vient de bénéficier d’un financement de plus de 100 mille euros. Nous avons également à l’actif d’autres inventions, notamment, le Programme de luminaire automatisé pour les poules pondeuses, les couveuses et incubateurs made in Togo et pour bientôt, la ruche automatique d’extraction de miel et la machine d’extraction du lait de soja.

Notre souhait est que les autorités puissent porter un œil attentif pour ceux qui sont dans la recherche et l’innovation parce que leur besoin est tout à fait particulier. Il leur faut des modes de financement adaptés. Il faut environ 5 ans pour aboutir à un résultat concret, même le non résultat est déjà un résultat  qui peut servir à d’autres personnes.

Ceux qui sont les domaines de recherche et innovation doivent à leur tour avoir  beaucoup de patience et comprendre que le non résultat est un résultat en termes de connaissance et expérience.

Mots-clés :

Votre avis