Maintenir une civilisation agraire au Togo

En 35 ans d'existence (1984-2019), le Centre International de Développement Agro Pastoral (CIDAP) installé sur 18ha à Baga dans la préfecture de Doufelgou (450km de Lomé/) est passé d’un centre de formation communautaire à un institut international.

Champ école du CIDAP

Pour la petite histoire, tout a commencé en 1982.  M. Séda Baweina et sa femme de retour au pays après leurs études à l’étranger, n’ont cherché à atteindre un concours de la fonction publique ou à attendre quoi que ce soit de l’Etat. 

Ils posèrent directement leurs valises sur cette terre aride et vierge où, ils doivent tout faire à partir de rien du tout.

La maîtrise de l’eau sur un sol aride où c’était pratiquement impossible de faire du maïs était le premier défi à relever. Le couple aidé par la communauté a creusé à la main, une retenue d’eau en 1985 et ensuite restaurer le sol pour y pratiquer de l’agriculture.

La retenue d’eau obtenue, les femmes riveraines ont été les premières à être formées sur les pratiques agricoles pouvant leur permettre d’accroître leur rendement, jadis, très dérisoire.

"Cela a permis d’améliorer nettement le niveau de production dans la localité. Avant, il était impossible de produire du maïs sur nos sols. C’était seulement le fonio et le haricot mais avec ce système de restauration des sols, elles sont parties des bols pour en arriver aujourd’hui à des sacs voire même des tonnes", témoigne BAYAMNA Patrick, représentant du conseil de coordination de CIDAP.

Patrick consacre toute sa vie au CIDAP

"Nous avons pu donner à la femme, la force de parler. Nous les avons amenées très vite à prendre leurs responsabilités. Elles sont arrivées à construire des magasins dans les marchés pour améliorer les conditions de commerce. Des moulins ont été placés et tout ça grâce à l’accompagnement financier de CIDAP", poursuit-il.

Outre la restauration du sol, le centre intervient dans l’aménagement des bas-fonds, la production des semences (maïs, riz, sorgho, mil, fonio, légumineuses, tubercules, semences forestières), la production des engrais organiques, l'élevage des petits ruminants et volailles, la pisciculture et la transformation agro-alimentaire.

De 1995 à ce jour, près de 3500 jeunes ont été initiés à travers des formations modulaires. En 2003, le centre a ouvert un institut où près de 250 jeunes venus du Togo, Bénin et Niger ont été formés en agro-entreprenariat durable.

"Notre plus grand challenge aujourd’hui est que l’école puisse s’agrandir et que la civilisation agraire qui est le sous-bassement de notre vie soit maintenue dans toutes les cultures", indique Patrick qui fait déjà 23 ans dans ledit centre.

Son rêve est de voir vite finir dans le canton de Tenega toujours dans la préfecture de Doufelgou, la construction du second centre sur une superficie de 8 hectares.

----------------

De nos envoyés spéciaux à Baga, ANANI E. & SANDALI P.

Votre avis