Test de rendement sur le manioc

Les boutures sont mises en terre sur un périmètre irrigué de l’Institut Technique de Recherche Agronomique (ITRA).

"A l’échéance, elles seront évaluées en termes de rendement, de qualité nutritive notamment la capacité à fournir la provitamine A", indiquent les chercheurs de l’IITA. 

Lire aussi : A Gléi-kotocopé, le manioc est roi

"Les démarches du gouvernement pour relancer la filière manioc au Togo commencent par porter des fruits", a souligné Bédibétè Bonfoh, directeur de l’ITRA.

"Elles sont riches en vitamine A et certifiées avant d’être amenés au Togo. Ces variétés font partie des premières du Nigeria", ajoute M. Bonfoh. 

 L’IITA explique que ces nouvelles variétés vont à termes améliorer la vie des producteurs de manioc.

L'IITA (Institut International d'Agriculture Tropicale), créé en 1976, a été le premier grand maillon africain du GCRAI (Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale), un réseau international de centres de recherche et de formation situés dans les pays en développement.

Le siège de l'IITA se trouve à Ibadan au Nigéria mais il dispose également de stations à Onne au Nigéria et à Cotonou au Bénin.

Mots-clés :

Votre avis