Gnassingbé Togamba (G) dans sa ferme

Gnassingbé Togamba, 34 ans, après des années de traversées de désert gère avec succès une ferme à Sagbiebou située à 25 km de Mango (nord-Togo).

Promoteur de l’Entreprise Agricole pour le Développement Local (E.A.D.L), Togamba avec son solide bagage intellectuel en sociologie et expériences de terrain injecte des idées de développement durable dans sa région.

"J'ai fini par comprendre que dans l’agrobusiness, on ne devient pas riche du jour au lendemain.  Il faut faire preuve de beaucoup de patience et de tolérance", renseigne-t-il à agridigitale.

"J'ai commencé en 2010 avec mon association dans le reboisement. Avec 970.000 francs CFA, nous avons réussi à faire 2 hectares de tecks. Mais, malheureusement avec le phénomène de la faune et des problèmes fonciers à Mango, nous avons vu tout notre investissement tombé à l’eau", rapporte-t-il.

La gestion de cet échec n’a pas du tout été facile pour Togamba. Il lui a fallu trois années pour sortir la tête de l’eau avec un autre projet portant sur le riz qui n’a pas non plus très bien marché.

"J’ai raccroché là aussi à cause de manque de preneurs fiables", explique-t-il.

Enfin le salut !

Finalement, Togamba a trouvé une porte de sortie. De 2016 à aujourd’hui, il a déjà paraphé trois contrats de 800 tonnes de soja bio, soit 150 tonnes pour la campagne 2016-2017, 200 tonnes pour 2017-2018 et 450 tonnes pour la période 2018-2019.

"Nous nous préparons à signer un contrat pour la livraison de Sésame en Novembre prochain", confie-t-il très joyeux tout en précisant que son association travaille actuellement avec 1510 producteurs spécialisés dans ces deux spéculations.

"Nous les accompagnons à travers des sensibilisations sur les nouvelles pratiques culturales du soja et du sésame bio, les prestations de services agricoles en termes de labours, récoltes, égrenage et battage", ajoute-t-il.

Déjà tourné vers l’avenir

L’entrepreneur a décidé de ne pas encore jouir des fruits de son travail. Il investit ce qu'il gagne dans les plantations d’Anacarde, de Moringa et de Calycedra.

"J'ai déjà fait planter 2 hectares d'Anacarde, 3 hectares de Moringa et 0,5 hectares de Calycedra. En décembre je ferais l'apiculture pour préparer ma retraite", souligne le jeune Togamba.

Il compte en faire un champ école pour inviter d’autres personnes à faire comme lui pour changer leur condition de vie.

Gnassingbé Togamba fait partie de ceux qui plaident pour la mise en place d’une banque agricole pour bien accompagner les paysans togolais.

Votre avis