Le prix juste pour permettre aux producteurs de bien vivre

Les prix de cette matière première agricole qui alimente l’industrie du chocolat sont fixés par les acheteurs eux-mêmes depuis des années. Un prix dicté paradoxalement depuis 30 ans par le client en défaveur du producteur, toujours dans l’extrême pauvreté.

Autre presse : Cacao: Ghana et Côte d'Ivoire suspendent leurs ventes pour exiger une rémunération «décente» des agriculteurs

"La Côte d’Ivoire et le Ghana ont suspendu la vente des récoltes de 2020/2021 jusqu’à nouvel ordre pour préparer la mise en place de ce prix minimum", indique Joseph Boahen Aidoo, directeur général du Ghana cocoa Board.

Le vice-président du Ghana, Mahamudu Bawumia avait déjà tiré sur la sonnette que "sur les 100 milliards de dollars que représente le marché mondial du chocolat, seuls 6 milliards reviennent aux agriculteurs". 

Lire aussi : BATAKA dans la plantation de cacao de YEBO Éric

Une situation jugée "déraisonnable" et que les deux Etats veulent corriger en se mettant d’accord pour "offrir aux agriculteurs une juste part de la richesse produite par l’industrie".

"Un juste prix des fèves de cacao serait une grande aide pour appuyer les investissements du gouvernement dans les infrastructures rurales, et pour améliorer les conditions de vie", affirme –t-il à l’AFP.

La Côte d’ivoire et le Ghana sont les deux premiers producteurs mondiaux de cacao. Les discussions sont toujours en cours entre les deux Etats pour désormais peser lourd dans la fixation des prix et que les producteurs tirent profit du fruit de leur labeur.

Mots-clés :

1 Contribution(s)

  1. Thomas Azinsou say:

    Je souhaite comprendre que grace à vos denonciations des desilibres dans les relations , certains comprennent que nous aussi des armes. Continuez. Je compte en tout cas sur le Ghana et President. Nous sommes avec les conscients.

    13/06/2019 11:56:13

Votre avis