Les producteurs sont preneur de tout nouvel créneau

Pour les fruits, on est passé de 1000 à 3000 tonnes avec comme produit phare l’ananas et de 1000 à 2000 tonnes pour les légumes. Le Comité de Liaison Europe Afrique Caraïbe Pacifique (COLEACP) est une association interprofessionnelle de la société civile établit depuis 1973 qui regroupe d’une part les importateurs Européens des fruits et légumes et d’autre part les exportateurs, producteurs des fruits et légumes des pays d’Afrique, Caraïbe et Pacifique (ACP). 

Le comité met en œuvre depuis 2001, des programmes de développement dans le domaine horticole (fruits et légumes). Par une approche intégrée, il fait la promotion de l’exportation des fruits et légumes vers le marché européen. C’est-à-dire qu’elle travaille à la fois avec le secteur public, les opérateurs privés et les organisations professionnelles. 

Lire aussi : Le Togo a besoin d’un million de tonnes de fruits par an

"Au niveau du secteur public, on renforce les services de contrôle pour qu’ils arrivent à bien faire le travail pour mieux servir les entreprises.  Au niveau des privés, on fonctionne à la demande et on est dans l’assistance technique d’obtention de certificats, la protection intégrée des cultures, des formations sur le management, la qualité sanitaire etc. Mais, nous n’apportons pas d’appui financier", détaille Victor Boro, directeur de projet et assistant technique à COLEACP.

Victor Boro, Assistant technique à COLEACP.

Souvent les importateurs pour acheter un produit, ils demandent que l’exportateur prouve qu’il applique une démarche éthique dans la gestion de son entreprise.

"C’est-à-dire qu’il y a une rémunération minimale que tu dois fournir au producteur pour lui permettre de vivre dans des conditions décentes avec des primes additionnelles et d’autres avantages. Tout cela contribue à l’amélioration des conditions et niveau de vie des petits producteurs", démontre-t-il.

Lire aussi : Sortez le verre du fruit

Pour pouvoir exporter ses produits, il faut d’abord respecter certaines normes exigeantes en matière de qualité sanitaire et de traçabilité. Ce qui oblige à améliorer les modes de production et les infrastructures existantes.

"Evidemment, ce n’est pas tout ce qui sera produit qui va partir. Du coup, ce qui sera également vendu sur le marché local sera aussi de bonne qualité ce qui n’est pas souvent le cas", note M. Boro.

Le Comité de Liaison Europe Afrique Caraïbe Pacifique (COLEACP) apporte toute l’expertise nécessaire aux producteurs qui souhaitent exporter leurs productions sur le marché international.

Mots-clés :

Votre avis