Les fonds et mécanismes de financement ont été mis sur pied pour le financement du secteur dont le dernier en date, le mécanisme incitatif pour le financement agricole (MIFA).

Quel bilan dresse –t-on de tous ces mécanismes de financement agricole ?

C’est à cet exercice que Noël Bataka, Coordonnateur chargé des chaines de valeurs MIFA s’est livré jeudi à Kara, second jour du forum des paysans.

FONDS KOWEITIEN

A ce jour, le fonds Koweitien a permis de financer  78 projets soit : 53 par l’UTB pour un montant de  1.065. 800.000 FCFA et 25 par la FUCEC pour un montant de 96. 212.655 FCFA.  

PASA

Dans le cadre du programme d’appui au secteur agricole (Pasa),   20 ESOP créées (10 riz, 4 soja, 2 miel, 2 ananas, 1 arachide, 1manioc) ;  170   fermes commerciales d’élevage promue ; 88     microprojets agricoles financés ; 186   microprojets piscicoles financés ; 15     plans d'eau empoissonnés avec 733500 alevins ;  3679 géniteurs améliorateurs petits ruminants distribués ; 5300 géniteurs améliorateurs volailles distribués ;   2361 BTA construites, 3309 PTA construits.

PADAT

Le projet d’appui au développement agricole au Togo (Padat) a permis de toucher ;  53 500 producteurs appuyés en kits ;  1200    équipements distribués ; 193  magasins construits et 99        jeunes entrepreneurs formés et équipés.

PPAAO

Le programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/Togo) a enregistré les résultats suivants : 13 sous-projets financés ;   7  nouvelles technologies générées ;  6 technologies vulgarisées ; 230 000  et plus de producteurs touchés ; 148. 600  ha de terres touchés

PNPER

Le programme national de promotion de l’entrepreneuriat rural (PNPER) a permis de former en aviculture 115  jeunes ;  100  formateurs formés sur les modules TRIE et CREE de GERME ; 882  jeunes formés en entreprenariat et accompagnés à l’élaboration de plans d’affaires ; 13    projets financés pour un montant total de 34,8 millions FCFA.

Malgré son potentiel, le secteur agricole fait face des difficultés au niveau des banques a déploré M. Bataka.

A titre d’exemple, "sur la période 2011-2016, seulement 0,3% du crédit bancaire a été alloué au secteur agricole et agro-industriel. 

Ce taux a baissé à 0,2% en 2017. Sur la même période, les allocations des systèmes de financement décentralisés (SFD) à ces mêmes secteurs sont passées de 11% à 10%. 

"C’est ce qui justifie la mise en place du MIFA par le chef de l’Etat. Il s’agit d’un mécanisme innovant intégré de financement de la chaine de valeur agricole", a-t-il expliqué.

Le MIFA vise la transformation du secteur agricole à travers entre autres : la réorganisation des chaînes de valeur agricoles et agro-industrielles, la concentration des interventions dans des filières porteuses ancrées dans des zones à forte potentialité déclinées dans le plan national de développement durable (PND) et le plan stratégique de développement des agropoles.

Le MIFA fait recours à des innovations majeures basées sur le partage des risques, l’assurance et l’assistance technique.

Cette vision est orientée par une volonté de création d’emplois et de richesse et l’augmentation des revenus des populations surtout en milieu rural.

Mots-clés :

Votre avis