Exposition des produits de la forge au marché d’Adjengré

Le métier de forgeron a encore de beaux jours devant pense un collège de forgerons spécialisés dans la fabrication des houes, dabas, coupe-coupe etc. rencontré au marché d’Adjengré dans la région centrale du Togo.  

Venant de divers horizons de la région centrale du pays, le marché d’Adjengré, localité à cheval entre Sokodé et Sotouboua est une opportunité pour ces hommes du fer de discuter de leurs activités et développer des stratégies pour maintenir ce métier vieux de plusieurs siècles.

Non, pas pour l’instant

« Non» répondent-ils. Du moins pas pour l’instant,  en ajoutent d’autres.

«D’abord, je rappelle que la première forme de mécanisation, je voudrais faire allusion à la culture attelée, provient de la forge et est encore courante au Togo», explique Kotolbina, résident à Aouda.

"Ensuite, à moins que nous n’en soyons au courant, le tracteur introduit comme outil de mécanisation de l’agriculture au Togo n’est pas un matériel à tout faire » renchérit-il.

Du coup, çà et là, retentissent des interrogations provenant des autres membres du collège : «Pouvez-vous nous dire si le tracteur peut confectionner des buttes pour planter les ignames ? Peut-il sarcler dans un champ ? Peut-il couper des noix de palme ou entretenir les palmiers ?

Un tas de questions qui donne le ton d’une réflexion sans fin.

Nous, forgerons, assistons les pauvres

Le collège des forgerons ajoute que la mécanisation togolaise de l’agriculture n’est pas encore à la portée de tous du fait de son coût élevé.

"Pour labourer un champ avec le tracteur, il faut disposer de moyens financiers, alors que s’acheter un tracteur n’est donné à n’importe qui", expliquent-ils.

Les forgerons concluent donc cet aspect en précisant qu’ils sont là et seront toujours là pour assister les pauvres.

Ils sont bien conscients que la mécanisation ne s’arrête pas au tracteur et qu’il en existe d’autres aspects et matériels.

"Nous sommes conscients du bienfait de la mécanisation, car le tracteur dont nous avons connaissance peut labourer en un rien de temps, une grande superficie. Nous attendons aussi les matériels qui peuvent rendre les services que nous avons évoqués encore impossible au tracteur et à un coût abordable pour nous avouer vaincus. Ce sera pour le bien de nous tous", soulignent-ils.

Votre avis