Rendre la terre agricole à ceux qui ont le plus besoin

Qu’ils soient fonctionnaires, opérateurs économiques, particuliers, ils achètent ou ont droit de propriété sur des dizaines d’hectares qui sont rarement mis en valeur.

Lire aussi : L’Etat doit devenir propriétaire de toutes les terres agricoles (Experts)

Pis, les ruraux sont parfois mêmes dépossédés de leurs terres agricoles, lesquelles sont immobilisées et jamais exploitées. Une anomalie que l’Etat veut corriger.

"L’optimisation de la valorisation du foncier agricole du Togo dont les initiatives sont déjà opérationnelles permettront d’avoir une réponse appropriée et concrète", espère Noël Koutéra BATAKA, ministre en charge de l’agriculture et de la Production Animale et Halieutique.

Lire aussi : Les craintes d’un décret présidentiel sur les terres agricoles

En ouvrant jeudi à Kara (nord-Togo), le 11ème Forum National du Paysan Togolais (FNPT), le ministre a insisté sur la nécessité de restructurer le secteur à travers le recensement systématique de tous les acteurs de chaîne de valeur.

Participants au forum paysan de Kara

Ces acteurs devront selon lui "travailler sur une base contractuelle ; développer une approche efficace pour mettre fin aux escroqueries dans les milieux ruraux".

Lire aussi : ‘Le conflit foncier retarde notre évolution’

"Il s’agit dans le cadre de ce forum d’exposer le secteur agricole dans toute sa plénitude et dans toute sa diversité. L’ambition du gouvernement pour le secteur est et demeure une agriculture moderne, durable à haute valeur ajoutée tout en restant au service de la sécurité alimentaire et d’une économie forte inclusive", ajoute le ministre.

Les trois jours de discussions permettront aux participants de formuler des propositions concrètes d’amélioration de résultats au bénéfice de l’ensemble du monde agricole.

Lire aussi : La terre est le premier capital dans le secteur agricole

Le thème retenu cette année pour le FNPT est: "Les pôles de transformation agricole pour valoriser les potentialités du Togo ; Une nouvelle vision traduite dans l’axe 2 du Plan National de Développement (PND 2018-2022) avec un accent particulier sur les filières fonio, manioc et sésame

Aux vues des énormes potentialités dont regorgent le secteur agricole, le gouvernement togolais veut coûte que coûte se servir de ce secteur pour relancer l’économie du pays.

--------------

Envoyé Spécial à Kara, ANANI E.

Votre avis